voiture electrique pour les entreprises

D’après l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA), les voitures électriques représentent 7,5% des ventes neuves au deuxième trimestre 2021. Leur part de marché a doublé entre 2020 et 2021. Cela ne concerne pas que les particuliers. Selon Baromètre 2021 des flottes et de la mobilité en entreprise mené par l’Arval Mobility Observatory « Le 100 % électrique progresse et pourrait être utilisé par 2/3 des entreprises en 2023 ». À l’heure où la mobilité électrique décolle, quelles sont les obligations pour les professionnels ?  Quelles sont les opportunités ? Opéra Énergie fait le point.

Mobilité électrique : que dit la loi ?

Promulguée en 2020, la loi d’orientation des mobilités (LOM) vise à changer des habitudes de mobilité en entreprise. Cela induit des obligations concernant les modalités de recharge et le parc automobile des professionnels.

L’installation de bornes de recharge électrique en entreprise : une obligation ?

La loi incite les professionnels à installer des bornes de recharge électrique. Sur les parkings contenant plus de 200 places de stationnement, les entreprises sont tenues de poser au moins 2 bornes, dont l’une pour les personnes à mobilité réduite (PMR).

Dans les bâtiments non résidentiels neufs avec un parking disposant de plus de 10 places de stationnement, il est obligatoire de pré-équiper 20% des places. 2% de ces places pré-équipées doivent être réservées aux PMR.

L’installation deviendra obligatoire en 2025 dans tous les bâtiments professionnels avec un parking de plus de 20 places. Comme le rappelle l’Avere, l’Association nationale pour le développement de la mobilité électrique, ils « devront disposer d’une borne par tranche de 20 emplacements de stationnement dont au moins un sera aux dimensions PMR ».

Bon à savoir : Comment financer l’installation d’une station de recharge électrique ? 

Les entreprises peuvent demander l’aide ADVENIR pour l’acquisition une borne de recharge. Mise en place par l’Avere, avec le concours de l’Ademe, cette subvention peut prendre en charge 40% du coût d’installation (matériel et main-d’œuvre), plafonné à 1360 €. La demande de subvention s’effectue en ligne. Pour vous faciliter la tâche, vous pouvez la déléguer à l’installateur en charge des travaux.

Électrifier les flottes d’entreprise

La décarbonation du parc automobile est aussi à l’ordre du jour. Les renouvellements annuels des flottes composées de 100 véhicules de moins de 3,5 tonnes ou plus doivent s’effectuer selon les modalités suivantes :

  • 10 % de véhicules à faibles émissions (voiture électrique ou hybride) dès le 1er janvier 2022 ;
  • 20 % au le 1er janvier 2024 ;
  • 35 % au 1er janvier 2027 ;
  • 50 % dès le 1er janvier 2030.

Cela s’applique également aux structures bénéficiant d’un parc de 100 deux-roues électriques d’une puissance supérieure ou égale à 1 kW.

Véhicule électrique, un pied dans la transition énergétique

Outre répondre aux obligations légales, opter pour un véhicule utilitaire électrique ou des véhicules électriques signe l’engagement d’une entreprise dans la transition énergétique.

Selon le Conseil international pour des transports propres (ICCT), les émissions de gaz à effet de serre (GES) d’une voiture électrique sont en effet 66% à 69% inférieures à celle d’une voiture thermique sur l’ensemble du cycle de vie.

C’est la raison pour laquelle, pour l’achat d’un véhicule électrique, les professionnels peuvent bénéficier :

  • d’une prime à la conversion allant jusqu’à 9 000 €, à condition de mettre au rebut un véhicule ancien et polluant ;
  • d’un bonus écologique d’un montant maximal de 5 000 € pour les voitures et camionnettes. Le bonus écologique peut monter jusqu’à 30 000 € pour l’acquisition d’un bus ou d’un car et jusqu’à 50 000 € pour l’achat d’un poids lourd.

Il s’agit là du barème applicable jusqu’au 31 décembre 2021. Ces barèmes sont révisés chaque année.

La prime à la conversion et le bonus écologique sont cumulables. Comme le souligne le Ministère de la Transition Écologique, la demande des aides  « peut se faire soit via un concessionnaire qui vous avance le montant de l’aide, soit directement sur le site dédié à la prime à la conversion ». Il est souvent plus simple de privilégier la première option.

Maîtriser son budget d’entreprise

Si le recours à la mobilité électrique permet de verdir le bilan carbone d’une entreprise, c’est aussi une opportunité de réduire les dépenses.

Un budget carburant diminué

Selon l’Avere, l’achat d’une voiture électrique induit un « budget carburant divisé par 4 ». En effet, l’électricité reste bien moins chère que le carburant. Il faudra compter entre 1,75 € et 2,90 € pour 100 km avec une voiture électrique. À titre de comparaison d’après le ministère de la Transition écologique, avec une voiture diesel cela coûtera 6,3 € pour 100 km et 8,4 € avec un modèle essence.

Bien choisir son fournisseur d’électricité pour sa voiture électrique

L’achat d’une voiture électrique et l’installation de bornes de recharge induisent une évolution de la consommation d’électricité. Dès lors, il n’est pas dit que votre contrat professionnel soit toujours adapté à cette évolution.

Mais, pas toujours facile de savoir vers quelle offre se tourner. D’autant plus que certains fournisseurs proposent des offres destinées aux véhicules électriques. Pour trouver le fournisseur le moins le cher, pensez à utiliser un comparateur d’électricité pro.