financement pacte vert europe

Comme attendu, mardi 14 janvier, la Commission européenne a présenté au Parlement européen le financement de ce fameux Pacte vert qu’Ursula von der Leyen avait annoncé en décembre, quelques jours seulement après sa prise de fonction à la tête de la Commission. « Il est minuit moins cinq, mais il n’est pas trop tard » avait promis la nouvelle Présidente.

Le plan d’investissement du Pacte vert pour l’Europe, qui permettrait de faire de l’Union européenne le premier continent neutre en carbone à l’horizon 2050, « mobilisera l’investissement public et contribuera au déblocage de fonds privés, grâce aux instruments financiers de l’UE, et notamment à InvestEU, ce qui se devrait se traduire par au moins 1 000 milliards d’euros d’investissements. ». Soit 260 milliards/ an supplémentaires par rapport au budget alloué aujourd’hui.

Si « Une part sans précédent des dépenses du budget de l’UE sera consacrée à l’action pour le climat et l’environnement », la Commission souhaite également encourager les investissements en mettant en œuvre des outils incitatifs inédits grâce aux fonds InvestEU et ETS, à des accompagnements sur mesure, à des suivis techniques sur le terrain… L’objectif ? Récolter 300 milliards d’euros d’investissements privés et publics. Le « mécanisme de transition juste », pensé pour soutenir les pays et régions les plus impactés par la transition écologique (Pologne, République tchèque, certaines régions d’Allemagne…), devrait quant à lui permettre de mobiliser environ 100 milliards d’euros.

« Le mécanisme pour une transition juste aidera les plus touchés en renforçant l’attrait des investissements et en proposant un ensemble de mesures de soutien financier et pratique qui représentera au moins 100 milliards d’euros. Nous prenons ainsi un engagement de solidarité et d’équité.» explique M. Frans Timmermans, vice-président exécutif chargé du pacte vert pour l’Europe.

« Ceci est un message aux mineurs des Asturies, de Macédoine occidentale ou de Silésie, aux extracteurs de tourbe des Midlands irlandais, aux régions baltes dépendantes du schiste bitumineux et à bien d’autres. Nous savons combien le chemin vers la neutralité climatique est rude et nous savons que, même si la perspective d’un avenir différent (plus propre) est accueillante, la voie pour y parvenir semble aujourd’hui intimidante. Ce mécanisme de transition juste d’au moins 100 milliards d’euros est la promesse que l’UE vous accompagne dans cette transition » a rappelé, rassurant, Timmermans.

Mercredi 15 janvier, les euro-députés ont validé les grandes lignes de cette feuille de route tout en demandant davantage de mesures contraignantes envers les États.