Le plafond ARENH risque d'être dépassé : Opéra Énergie et des fournisseurs alternatifs livrent leurs pronostics.
pronostics dépassement arenh

Tous les observateurs semblent s’accorder sur ce point : les concurrents d’EDF devraient demander ce 21 novembre une quantité d’ARENH supérieure au plafond réglementaire de 100 TWh.

Si tel est le cas, la facture d’électricité des consommateurs français (entreprises et ménages) pourrait augmenter de 1 à 3%, dès janvier 2019 !

C’est une particularité bien française : afin de faire bénéficier à tous les consommateurs français de l’avantage nucléaire historique, EDF est tenu par la loi de céder à ses concurrents jusqu’à un quart de sa production annuelle, soit 100 TWh : c’est l’Accès Réglementé à l’Électricité Nucléaire Historique (ARENH).

Chaque année, au mois de novembre, les concurrents d’EDF lui commandent de l’électricité nucléaire pour l’année suivante, en fonction du développement de leur portefeuille de clients. Or, la concurrence s’est développée depuis quelques années, et l’ensemble des acteurs du marché s’attendent à ce que le plafond de 100 TWh soit dépassé.

Opéra Énergie, courtier en énergie, accompagne ses clients entreprises et collectivités dans leurs achats d’énergie. A ce titre, et en tant qu’acteur et observateur privilégié du marché de l’énergie, Opéra Énergie a interrogé les fournisseurs alternatifs sur leurs pronostics du niveau de commande ARENH.

Le graphique ci-dessous synthétise les résultats obtenus :

 

Tous les acteurs interrogés voient donc un dépassement du plafond ! Conséquence immédiate : l’ARENH cédée par EDF à ses concurrents étant limité, chaque fournisseur alternatif se verra allouer moins d’ARENH que prévu. C’est le mécanisme «d’écrêtement».

Les principales victimes de cet écrêtement seront, bien entendu, les consommateurs ! En effet, la quantité d’ARENH (achetée à 42 € / MWh) écrêtée devra être approvisionnée sur les marchés de gros, pouvant atteindre 60 € / MWh.
Nous estimons que l’impact sur la facture des consommateurs pourrait être de +1% à +3%, dès janvier 2019.

Et c’est bien l’ensemble des consommateurs français, ménages comme entreprises, qui risquent d’être concernés : le niveau des tarifs réglementé étant indexé sur le prix de l’ARENH, les quasi 30 millions de foyers alimentés au Tarif Bleu ne seront pas non plus épargnés !