les syndicats mettent le gouvernement en demeure face au projet Hercule

Dans un communiqué commun, l’intersyndicale réunissant la CGT, la CFE CGC, la CFDT et FO s’est réjouit de la mobilisation du personnel d’EDF lors de la grève réalisée jeudi 19 septembre.

Selon EDF, à la mi-journée, 33 % de l’effectif total d’EDF SA était en grève soit 20 000 grévistes. Mais la CGT a rapidement contesté un chiffre « basé sur le total de l’effectif et non sur les agents présents ». Vincent Rodet (CFDT) estime la participation des agents présents à « près de 50 %, ce qui veut dire qu’un salarié sur deux refuse le projet de scission ». L’intersyndicale évoque également des baisses de production qui sont allées jusqu’à 9.000 megawatts.

Pas prête à baisser les armes, elle réclame une rencontre avec la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne « pour exiger le retrait d’Hercule dans les jours à venir » et « met en demeure » le gouvernement et la direction d’EDF pour « retirer définitivement le projet d’ici le 10 octobre ». Sans retrait, passé ce délai, les syndicats promettent des « actions communes dont (des) appels à la grève (…) à partir du jeudi 10 octobre.» Rappelons que le projet Hercule, présenté en juin, prévoit d’un côté un EDF bleu comprenant le nucléaire, les barrages et le transport de l’électricité, et de l’autre un EDF vert avec Enedis, EDF Renouvelables, Dalkia et la direction du commerce notamment, qui serait introduit en bourse à hauteur de 35%.