EDF ne présentera pas ses propositions de réorganisation avant le printemps 2020.

EDF ne présentera pas ses propositions de réorganisation à la fin de l’année, comme initialement attendu. « Nous ne pouvons que constater que le calendrier de la réforme de la régulation (du nucléaire) se décale, entraînant ainsi un décalage sur le calendrier du rapport que je dois rendre au gouvernement » aurait ainsi écrit le PDG Jean-Bernard Lévy à ses salariés dans un courrier auquel a eu accès l’AFP vendredi 4 octobre. « Aujourd’hui, les conditions ne sont pas réunies sur la régulation : la mise en place de la nouvelle Commission européenne, avec laquelle l’Etat doit mener des discussions, devrait permettre d’éclaircir la situation d’ici quelques mois » a précisé Lévy.

Une « situation » qui, en tous les cas, est aujourd’hui sous tension, les syndicats français de l’énergie étant clairement contre le projet Hercule. Une nouvelle journée d’action est d’ailleurs prévue le 17 octobre. Pour l’intersyndicale CGT, CFE-CGC, FO et CFDT, pas question de renoncer, l’annonce du plafond d’Arenh disponible à 100 TWh pour 2020 lui paraît même être un signal fort de la validité de sa démarche. Selon le média Montel, elle estime en effet que « ce revirement gouvernemental est bien évidemment la conséquence du rapport de force du 19 septembre et conforte le maintien d’une pression sociale pour défendre le service public du pillage privé ».