europe-va-adopter-strategie-commune-achats-gaz

Fin 2021, l’achat commun de gaz était une stratégie loin de remporter l’adhésion de l’ensemble de l’Union européenne. La guerre en Ukraine a rebattu les cartes.

Un dispositif qui ne faisait pas l’unanimité

Au 4ème trimestre 2021, plusieurs pays de l’Union européenne sont montés au créneau pour demander la mise en place d’un mécanisme européen d’achats groupés de gaz, afin de contribuer à sécuriser l’approvisionnement en gaz. Cette proposition, formulée par l’Espagne, avait convaincu le Portugal, la France, l’Italie ou la Grèce. D’autres membres, en revanche, se montraient plutôt sceptiques voire en totale opposition, à l’instar de l’Allemagne et des Pays Bas. Quelques mois plus tard, les 27 semblent s’accorder autour de ce dispositif, dans l’urgence de réduire la dépendance européenne au gaz russe.

Une annonce attendue pour la fin de semaine

Selon Reuters,« Les dirigeants des pays de l’Union européenne vont s’engager à acheter en commun du gaz naturel, du gaz naturel liquéfié (GNL) et de l’hydrogène en prévision de l’hiver prochain au terme du Conseil européen prévu cette semaine à Bruxelles ».

La guerre en Ukraine contraint en effet les Etats à revoir et à diversifier leurs sources d’approvisionnement en gaz. Aujourd’hui, 40 % des besoins européens sont couverts par le gaz russe.

Or, « Des achats communs permettraient d’avoir un meilleur pouvoir de négociation face aux fournisseurs », a par exemple rappelé le chef du gouvernement italien, Mario Draghi, le 18 mars.

Garantir le remplissage des stocks de gaz à 90 %

Le Conseil européen devrait aussi pousser une proposition de la Commission européenne, qui est d’imposer une obligation minimale de stockage de gaz aux Etats. Une piste également évoquée par l’AIE pour améliorer la résilience du système gazier d’ici l’hiver prochain.

Reuters relaye que « les Vingt-Sept se sont entendus pour coordonner cette constitution des stocks et vont commencer à le faire « dès que possible »».

Les capacités de stockage de l’UE sont actuellement remplies à seulement 26%.

Cette fin de semaine sera aussi consacrée à l’élaboration et au déploiement de nouvelles mesures destinées à protéger les consommateurs face à la flambée des coûts de l’énergie, ainsi qu’à optimiser le fonctionnement des marchés énergétiques.