Plusieurs facteurs influent le prix de l’électricité. Parmi eux, et pas l’un des moindres, le prix du CO2.

Julien Teddé, Directeur général d’Opéra Energie, nous explique le rôle du carbone et son influence haussière sur la facture d’électricité.

Le carbone tire le prix de l’électricité à la hausse

Comment le CO2 peut-il faire augmenter la facture d’électricité des Français alors que cette énergie dans l’Hexagone est à quasi 90 % décarbonée ? Tout simplement parce le prix du CO2 a un impact sur le coût de production des centrales thermiques qui sont appelées en période de pointe de consommation. Ces centrales, fonctionnant au charbon ou au gaz, sont encore aujourd’hui essentielles pour ajuster la production à la demande. Jusqu’en 2017, les prix des quotas CO2 étaient bas et ne pesaient pas vraiment sur la facture d’électricité. Mais ce n’est plus le cas désormais, le C02 connait depuis plusieurs mois une ascension fulgurante, battant régulièrement de nouveaux records. Récemment il est ainsi passé à + de 47 €/t.

Cette augmentation est une conséquence directe de la politique de transition énergétique de la Commission Européenne, qui fait du prix du carbone un levier majeur pour réduire de 55 % ses GES d’ici 2030. Elle est aussi soutenue par  l’arrivée de nouveaux acteurs financiers, ces hedge funds fortement attirés par le virage vert des politiques européennes.

Et le prix CO2 vient aussi impacter celui du gaz !

Énergies interchangeables, le charbon et le gaz sont en concurrence pour la production d’électricité via les unités de pointe. On favorisera toujours la commodité la moins chère, afin de faire baisser les coûts de production. Or, quand le prix de la tonne de carbone grimpe, les producteurs d’électricité auront tendance à se tourner vers le gaz, moins émetteur de CO2. Mais les prix de l’énergie suivant la loi de l’offre et de la demande, le gaz verra mécaniquement son prix augmenter !