reforme arenh entreprises

2022 débute à peine que les prix de l’énergie continuent d’occuper le devant de la scène.

Le gouvernement aux côtés des entreprises grandes consommatrices d’énergie

Face à la flambée des prix de l’électricité, plusieurs industriels électro-intensifs ont déjà dû baisser leur production voire l’interrompre temporairement. Afin de ne pas « complexifier les approvisionnements » en matières premières, Agnès Pannier-Runacher appelle les industriels à prendre contact avec le gouvernement. Au micro de BFM Business, la ministre de l’Industrie a ainsi déclaré : « Si des entreprises ont des difficultés de trésorerie à cause de l’énergie, qu’elles prennent contact avec les services de l’Etat en région, parce que nous trouvons des solutions de trésorerie ».

La ministre s’est aussi rangée du côté de toutes les entreprises qui, « pour des raisons parfois tout à fait justifiées n’ont pas pu acheter leur électricité en avance ».

Une réponse au PDG d’EDF qui, ce lundi 3 janvier, a qualifié ces mêmes entreprises « d’imprévoyantes » pour ne pas s’être « couvertes » correctement et à temps face à la hausse des cours.

Le bouclier tarifaire n’est pas suffisant pour les entreprises

Compte tenu de l’envolée du marché de l’électricité, la baisse de la CSPE ne sera pas suffisante pour contenir la hausse des prix à venir. Le gouvernement travaille donc à une « solution complémentaire avec EDF » a annoncé Bruno Le Maire au Figaro. Il s’agirait de rehausser le plafond de l’ARENH, soit d’accorder davantage d’électricité à tarif régulé aux fournisseurs alternatifs.

Une solution qui parait évidente pour nombre d’acteurs du secteur… mais qui malheureusement arrive bien tardivement.

Interviewé par Franceinfo, Antoine Autier, responsable du service études de l’UFC-Que Choisir, explique ainsi que l’association de consommateurs émet cette demande « depuis trois ans maintenant. »

« Les consommateurs français ne bénéficient pas entièrement de la production nucléaire française ni de la compétitivité. » souligne t-il avant d’ajouter que « Ce sont des choix politiques que doivent prendre les pouvoirs publics : est-ce qu’on favorise les intérêts d’EDF ou les intérêts des consommateurs ? Pour l’instant, vu l’arbitrage, c’est plutôt l’intérêt d’EDF. »

Les nouvelles mesures seront dévoilées dans les prochains jours.