RTE_logo.svg

Selon RTE, la France ne devrait pas connaitre de tension particulière sur l’approvisionnement électrique cet été, même en cas de canicule et de sécheresse, compte-tenu d’une disponibilité satisfaisante du parc de production, notamment nucléaire.

Une disponibilité des moyens de production satisfaisante

La disponibilité moyenne du parc de production français sera supérieure de 10 000 MW à celle observée en été 2020 : il faut dire que la disponibilité du parc nucléaire avait été affectée par le confinement de mars 2020 (retards dans les opérations de maintenance) er réduite de 12 000 MW.  Pour cet été 2021, elle restera supérieure à 70 000 MW durant toute la période et devrait retrouver des niveaux comparables à ceux de l’été 2019.

A date, le stock hydraulique français est inférieur à celui observé l’été dernier, toutefois il reste proche de la moyenne décennale à l’entrée de l’été.

En cas de canicule, la production (tous moyens de production compris) serait réduite de 6 000 MW en moyenne. A cette baisse, 12 500 MW pourraient être ajoutés, en cas de sécheresse.

Le fort impact de la climatisation sur la consommation

A conditions normales de saison, la pointe hebdomadaire est relativement stable tout l’été à 55 000 MW. En août, sous l’effet des vacances, elle marque habituellement une baisse de 5 000 MW. RTE estime que « La consommation pourrait descendre jusqu’à 29 000 MW en creux de nuit le week-end du 15 août. »

L’impact de la climatisation sur la consommation, significatif au-dessus de 25°C de température nationale, peut atteindre jusqu’à 700 MW/°C dans des conditions caniculaires. La pointe de consommation pourrait alors dépasser 62 200 GW, à une chance sur 10 d’après les scénarios Météo-France.

En cas de canicule sévère ou de sécheresse intense, la France pourrait importer jusqu’à 9 000 MW depuis l’étranger sans que RTE ne détecte de difficulté particulière (capacité d’importation supérieure à 12 000 MW) ; dans ces conditions, la marge pour faire face à des aléas resterait supérieure à 3 000 MW.

Pour rappel, la consommation estivale avait atteint son maximum historique de 59 100 MW le 25 juillet 2019 à 13h003 .

Les surplus de production, une problématique typiquement estivale

L’été donne lieu régulièrement à des surplus de production, lorsque les productions nucléaire et renouvelable sont supérieures à la consommation, la nuit des week-ends et jours fériés notamment.

Or, ces surplus peuvent entrainer temporairement des problèmes de capacité à équilibrer à la baisse le système électrique et conduire à des besoins d’exportation. RTE rassure, ces exportations resteront bien inférieures aux niveaux maximaux possibles, et seront compatibles avec les besoins des pays européennes importateurs.

Cependant, localement, des situations de consommation basse associées à une production décentralisée importante peuvent conduire à des situations où les tensions d’exploitation du réseau (63 KV à 400 kV) se situent dans des niveaux élevés.

« RTE a investi et continue d’investir dans des moyens de compensation permettant de faire baisser le plan de tension afin de le maintenir dans ses plages contractuelles et réglementaires. »