Le volume d’électricité nucléaire vendu par EDF aux fournisseurs alternatifs ne sera pas augmenté dans l’immédiat. Selon un article de Montel, le ministère de la Transition écologique et solidaire aurait déclaré attendre le résultat des négociations engagées par la Commission européenne sur le sujet polémique de l’Accès régulé à l’électricité nucléaire historique, ARENH.

Interrompues par la crise sanitaire, les discussions ont repris à Bruxelles fin juin avec une priorité « réussir à stabiliser les grands principes d’une telle régulation ». La Commission de Régulation de l’Energie, la CRE, conseillait à cette époque de relever sans attendre le plafond de l’ARENH à 150 TWh par an contre 100 TWh actuellement.

Pour le gouvernement français, la solution serait de vendre, sur le marché de gros, l’ensemble de la production nucléaire en mettant en place un corridor de prix, lequel serait fixé à 6 € avec un niveau restant à définir.

Le sujet n’est pas encore réglé mais la France espère trouver une réponse qui satisferait et EDF et les fournisseurs alternatifs avant l’expiration du mécanisme prévue en 2025.