opep confirme reprise demande petrole

Dans son rapport mensuel, l’Organisation des pays producteurs de pétrole confirme  un rebond de la demande de brut en 2021 à hauteur de 6 millions de barils par jour (mb/j). Une prévision similaire à celle publiée en avril.

La demande mondiale est ainsi attendue à 96,5 mb/j en moyenne, après être écroulée à 90,5 mb/j en 2020 sur fond de crise sanitaire et économique.

Pour le premier semestre, le cartel a revu la demande à la baisse « Une demande plus faible que prévu dans la zone Amérique de l’OCDE au cours du premier trimestre 2021, ainsi que la résurgence des cas de Covid-19 en Inde et au Brésil, ont entraîné une révision à la baisse des données relatives à la demande de pétrole » comme l’explique son rapport mensuel. Mais les « données positives sur les carburants aux Etats-Unis et l’accélération des programmes de vaccination dans de nombreuses régions » lui permettent d’être plus optimiste pour le deuxième semestre.

«Le retour supposé à un certain degré de normalité et l’amélioration de la mobilité devraient également avoir un effet positif sur des régions telles que le Moyen-Orient et les autres pays d’Asie au deuxième semestre», précise l’OPEP.

Ces prévisions confortent les pays producteurs de l’OPEP et leurs alliés  (l’OPEP + qui inclut notamment la Russie) dans leur volonté de rouvrir les vannes progressivement. L’alliance a en effet décidé d’augmenter son niveau actuel de production de 350.000 barils par jour, en mai et juin, puis de 450.000 b/j en juillet.

En avril,  la production des pays de l’OPEP a déjà légèrement progressé de 0,03 mb/j, pour atteindre en moyenne 25,08 mb/j. Cette hausse s’explique notamment par la hausse de la production au Nigeria (+75.000 barils/jour), en Iran (+73.000) et en Arabie Saoudite (+34.000).