Que penser des offres ARENH ?

La hausse des prix de l’électricité a placé le dispositif Accès Régulé à l’Électricité Nucléaire Historique (ARENH ) sous le feu des projecteurs. L’occasion d’analyser les enjeux actuels liés à un mécanisme qui permet aux fournisseurs alternatifs à EDF de lui acheter des volumes d’électricité d’origine nucléaire, pour approvisionner leurs propres clients.

Les fournisseurs d’électricité et l’ARENH

Mis en place en 2011, ce dispositif donne la possibilité aux fournisseurs alternatifs d’accéder à l’électricité produite par les centrales nucléaires historiques d’EDF. La loi NOME, dans laquelle s’inscrit ce dispositif, oblige en effet EDF à céder un quart de sa production annuelle, soit jusqu’à 100 TWh, aux autres fournisseurs et à un prix régulé. Fixé à 42€/MWh depuis 2012, le prix de l’ARENH est censé permettre aux fournisseurs alternatifs de s’approvisionner dans des conditions économiques équivalentes à celles supportées par EDF, et donc à leurs clients de bénéficier de l’avantage nucléaire historique, au même titre que les usagers de l’électricien français.

Si lors de la mise en place du dispositif, son prix était nettement plus compétitif que les prix de gros de l’électricité, la situation a changé depuis 2014. Ce qui a incité les fournisseurs à s’approvisionner directement sur la bourse de l’électricité. Mais qu’en est-il aujourd’hui, et plus encore demain?

Un prix plus compétitif que les prix de marché actuel

Le nouveau regain d’intérêt pour l’ARENH s’explique par la récente hausse des prix sur les marchés de l’électricité, dégradant la compétitivité des offres de marché. En outre, il convient de souligner que les fournisseurs alternatifs qui approvisionnent leur réseau au coût de l’ARENH ont droit à des garanties de capacité dont le coût est inclus : ainsi, même si le prix de l’ARENH est fixé à 42€/MWh, on estime que son prix réel, prenant en compte l’avantage lié au mécanisme de capacité, est d’environ 40,5€/MWh.

 

Mais attention aux risques réglementaires pesant sur le prix ARENH !

Même si le prix de l’ARENH est fixe depuis 2012, les offres correspondantes peuvent varier au gré des évolutions réglementaires. En effet, les prix de fourniture des contrats d’ARENH pourraient être amenés à augmenter en cas de dépassement du seuil de 100 TWh de volume d’électricité nucléaire. Un niveau tutoyé en 2017, les fournisseurs alternatifs ayant commandé 85, 3 TWh d’ARENH. Le prix des garanties de capacité pourrait également entraîner à la hausse le prix réel de l’ARENH. De plus, la Cour des Comptes a proposé en ce début d’année 2018 de modifier le mécanisme, en termes de prix et de conditions, afin de l’adapter aux coûts croissants du nucléaire. À cette incertitude, s’ajoutent enfin les récentes déclarations du PDG d’EDF qui souhaite mettre fin au dispositif … ce qui paraît tout de même peu vraisemblable.

Offre de fourniture ARENH ou offre à prix fixe : que choisir ?

Le dispositif est prévu pour durer jusqu’en 2025. Si le dépassement du plafond est assez probable dès 2019, la suppression de ce mécanisme reste, quant à elle, peu plausible. EDF pourrait néanmoins obtenir une hausse sensible de son prix en contrepartie. Selon les experts d’Opéra Énergie, souscrire à un prix ARENH semble peu risqué pour l’année prochaine, au vu des cours actuels des marchés de l’énergie. Mais attention pour l’année suivante ! Les évolutions réglementaires pourraient pousser son prix à la hausse. Alors, face à l’incertitude, préférer acheter l’électricité à un prix 100% fixe sur les marchés de gros pourrait être la solution de sécurité dès 2020.