Contexte actuel : L’économie partagée entre anxiété et enthousiasme

Après un rebond de plus de 2€/MWh, les cours du gaz repassent sous la moyenne de l’année 2020 et cotent actuellement à 12,70 €/MWh pour 2021. L’approvisionnement est toujours abondant et les stocks bien pleins. Il faut continuer à profiter de ces prix bas du gaz en fixant votre budget sur une longue période. Des contrats jusqu’en 2025 commencent à être proposés.

Évolution du prix du gaz depuis 2008 (en €/MWh )

(source EEX- 20 novembre 2020)

Évolution du prix du gaz depuis 1 an (en €/MWh)

(source EEX- 20 novembre 2020)

L’or noir reprend de la hauteur

Octobre rouge pour l’or noir : après un timide réveil en début de mois, motivé par les annonces US autour d’un futur plan de relance et la fermeture de six gisements pétroliers en Norvège, le prix du baril enregistre le 30 octobre sa pire chute hebdomadaire depuis avril. Les inquiétudes dues au reconfinement, la reprise de l’exploitation du norvégien Equinor et le retour de la production libyenne (à hauteur de 1 million de barils par jour en quatre semaines) ont rapidement eu raison de la tendance haussière… sans compter que se rapproche l’allègement des coupes de l’Opep +. Sous pression, les cours du Brent chutent, s’échangeant autour de $39,3/b le 28 octobre pour plonger à $37,56/b le 30 octobre. Début novembre, l’optimisme est de retour, suite à l’annonce du vaccin de Pfizer et BioNTech puis de Moderna, l’or noir enregistre un vigoureux rebond, clôturant vendredi 13 novembre à $41,20/b, soit + 8.7 % en une semaine. Même si le baril poursuit sa hausse ces derniers jours, l’horizon reste incertain, la reprise de la demande se fait attendre. Autre zone d’incertitude côté offre : quelle orientation prendra l’Opep +, qui se dit « prête à agir » sans en dire davantage ?

Les cours du gaz profitent de l’annonce de traitements anti-Covid

Jusqu’à la mi-octobre, les prix sont soutenus par l’arrêt, en Norvège, des champs pétroliers du 1er producteur d’hydrocarbures d’Europe de l’Ouest. Mais, dès le 16 octobre la fin de la grève en Norvège et la hausse des niveaux de stockage sonnent le glas de la tendance haussière. Sur la courbe long terme, le PEG CAL-21 qui cotait à 14,7 €/MWh le 23 octobre file droit sur les 13 €/MWh. Début novembre, les prix du gaz suivent la tendance baissière du pétrole, suspendus aux résultats des élections présidentielles US et à l’évolution de la crise sanitaire, avant de se ressaisir brièvement suite à la promesse d’un vaccin anti-Covid.

L’économie oscille entre espoir et circonspection

Même après l’annonce d’un deuxième vaccin, les incertitudes continuent de prévaloir, limitant l’euphorie des marchés. Le reconfinement gagne du terrain partout en Europe, New-York annonce fermer ses écoles, un nouveau tour de vis sanitaire qui ne sera pas sans conséquence sur l’économie mondiale.


Synthèse et préconisation

La volatilité des marchés reste élevée dans une situation extraordinaire où reprise chinoise et espoir de vaccin contrebalancent les incertitudes de la crise sanitaire, du Brexit et d’un nouveau président US.