Notes d'analyse énergie

Contexte actuel : début d’année sur fond de nouvelles tensions géopolitiques

Le bond des prix visible sur la courbe n’est dû qu’au changement de contrat de référence de 2020 à 2021. Les prix pour 2021 sont bien en baisse sur la période.

Évolution du prix du gaz depuis 2014

Évolution du prix du gaz depuis 2014

Évolution du prix du gaz sur un an

Évolution du prix du gaz sur un an (source EEX- 7 janvier 2020)[/caption]

Pétrole : Les incertitudes se poursuivent, les prix marquent le pas

Malgré la nouvelle réduction de production annoncée de 500 000 b/j supplémentaires par l’OPEP et ses alliés à compter du 1er janvier et un semblant d’embellie dans les relations sinoaméricaines, les prix n’ont que faiblement augmenté. Le Brent, tout comme le WTI, restent bien en deçà des cours atteints en 2018, lorsqu’ils s’échangeaient au plus haut niveau depuis 2014.
La hausse surprise de la production américaine n’est pas la seule explication. Ce mois de décembre est emblématique d’une année marquée par une demande apathique, liée à une production de schiste américain florissante, à une croissance mondiale ralentie et à de récurrentes tensions géopolitiques.

Gaz : Statu quo

Porté par une prévision de GNL excédentaire, une faible demande asiatique et des flux norvégiens abondants, le marché à terme a ouvert le mois sur une tendance baissière.
Les prix se sont légèrement redressés milieu de mois, en parallèle des phases de négociation entre Moscou et Kiev sur le transit du gaz russe à destination de l’Europe via l’Ukraine.
Cependant, globalement, les marchés gaziers ont tourné au ralenti avec la fermeture annuelle des bourses pour les fêtes. On notera la fin du Calendar 2020 au bénéfice du Calendar 2021 qui a inauguré l’année avec un PEG à 16,32 €/MWh.

Le spectre d’une guerre qui ne dit pas son nom

C’est au tour du Moyen-Orient de polariser toutes les attentions. Après les attaques sur les installations pétrolières saoudiennes à la mi-septembre, l’assaut de l’ambassade américaine à Bagdad par des milliers d’Irakiens pro-Iran le 31 décembre annonce un début 2020 sous pression. Une pression qui risque de s’accroître à l’approche de l’élection présidentielle aux Etats-Unis.


Synthèse et préconisation

Avec la nouvelle année, on peut désormais fixer le prix de son contrat de gaz jusqu’à fin 2024. Les prix étant toujours bas sur un historique long, il semble judicieux de fixer son budget sur une période la plus longue possible.