Contexte : La reprise de la pandémie enraye le rebond de l’économie

Les prix du gaz sont de retour à leur niveau de décembre 2019, avant le début de la pandémie. Avec la sortie de crise le gaz pourrait retrouver ses niveaux de 2018 d’ici la fin de l’année si les producteurs ne suivent pas la hausse de la demande à venir.

Évolution du prix du gaz depuis 2008 (en €/MWh )

(source EEX- 1er avril 2021)

Évolution du prix du gaz depuis 1 an (en €/MWh)

(source EEX- 1er avril 2021)

Le pétrole perd du terrain

Le baril ouvre le mois sur des prix élevés, renouant même avec ses plus hauts depuis 2 ans à hauteur de 70 $/b, le 5 mars. Les prix restent sur un plateau haussier jusqu’au milieu de mois, portés par les campagnes de vaccination, le plan de relance de 1 900 mds $ de Joe Biden et le maintien des coupes de l’Opep +.

Passé le 15 mars, le baril s’oriente à la baisse. En cause, les retards des campagnes de vaccination, les doutes autour du vaccin AstraZeneca et la 3ème vague qui oblige l’Europe à un nouveau tour de vis sanitaire. L’or noir subit une correction brutale et chute à 63,28 $/b le 18 mars. Relancé par le blocage du Canal de Suez suite à l’échouement du porte-conteneurs « Ever Given » le 23 mars (il avance à 64,41 $/b le 24 mars), il clôture néanmoins le mois à la baisse, rattrapé par les inquiétudes liées à la crise sanitaire. Le prochain rendez-vous de l’Opep et de ces alliés, jeudi 1er avril, est plus que jamais attendu. Si le cartel venait à rouvrir les vannes de l’or noir, le prix du baril, tout juste convalescent, résisterait-il ?

Le gaz se maintient à la hausse

Dans le sillage des prix du pétrole, du charbon et du CO2, les prix à terme du gaz naturel s’affichent en hausse. Ainsi du 8 au 12 mars, le prix du contrat Cal-2022 PEG grimpe de 16,55 à 17,33 €/MWh. Il enregistre de nouvelles hausses en milieu de mois (17,67 €/MWh le 19 mars) : la demande anticipe- t-elle déjà la fin programmée du charbon ? Fin mars, les prix à terme progressent encore, en réaction à l’embouteillage du canal de Suez, qui a contraint plusieurs méthaniers à changer de direction ou à contourner l’Afrique. Le contrat calendar 2022 termine ainsi le mois à 18,05 €/MWh.

Concentrés ou attentistes ? Les marchés tergiversent

Les indicateurs économiques, en Europe comme dans le monde, évoluent en ordre dispersé, affectés par la nouvelle vague pandémique qui étrangle la plupart des pays. D’autant que la vaccination, arme majeure contre le virus, est loin d’avoir trouvé sa vitesse de croisière… L’inflation semble toutefois faire son retour, notamment aux États-Unis où un tiers de la population a déjà reçu une dose de vaccin.


Synthèse et préconisation

Si les prix du gaz ont pris 50% depuis un an, ils sont encore à plus de 40% du pic de fin 2018 et même un peu plus pour les contrats 2023 et 2024 qui cotent 1 €/MWh en dessous de 2022.