Face à la flambée des prix, nombre d’entreprises ont interrompu leur production ou envisagent de le faire. L’aciérie nordiste Ascoval va diminuer sa production de moitié jusqu’à la fin de l’année. En Allemagne et en Espagne, le sidérurgiste Arcelor Mittal a mis à l’arrêt deux de ses hauts fourneaux. Récemment, l’Université de Strasbourg annonce fermer ses portes deux semaines cet hiver pour réduire sa facture d’énergie.

L’électricité dans l’attente des orientations UE

Les marchés à terme sont restés plutôt stables voire baissiers sur la semaine, dans l’attente des prochaines annonces de Bruxelles. Les ministres UE de l’énergie se réunissent à nouveau le 30 septembre pour décider de l’application des mesures d’urgence proposées par la Commission européenne.

Evolution des prix de l’électricité sur la semaine avec clôture au 23 septembre

  • Cal-23 : 558,71 €/MWh

Baisse : – 0,27 %

  • Cal-24 : 269,96 €/MWh

Baisse : – 0,42 %

  • Cal-25 : 213,25 €/MWh

Hausse + 0,43 %

Évolution du prix de l’électricité depuis 1 an (en €/MWh)

(Source EEX- 23 septembre)

Évolution des prix de l’électricité depuis 1 mois (en €/MWh)

(Source EEX- 23 septembre)

Le gaz en petite hausse

Les infrastructures de stockage en Europe atteignent les 86 %, des niveaux supérieurs à la moyenne sur 5 ans tandis que l’approvisionnement en GNL continue à être soutenu. Les annonces européennes d’intervention semblent aussi rassurer les marchés.

Pour autant, les prix du gaz naturel ont augmenté sur la semaine, dès que Poutine annonce la mobilisation partielle de ses réservistes. A noter : l’Europe est en cours de négociation avec la Norvège pour plafonner les prix du gaz acheté au pays du soleil de Minuit, devenu 1er fournisseur gazier de l’UE.

 

Evolution des prix du gaz sur la semaine avec clôture au 23 septembre

  • Cal-23 : 171,82 €/MWh

Hausse : + 3,67 %

  • Cal-24 : 113,458 €/MWh

Hausse : + 5,05 %

  • Cal-25 : 79,635 €/MWh

Hausse : + 6,28 %

Évolution du prix du gaz depuis 1 an (en €/MWh)

(Source EEX- 23 septembre)

Evolution des prix du gaz depuis 1 mois (en €/MWh)

(Source EEX- 23 septembre)

Le pétrole décroche

Les prix du pétrole ont grimpé en milieu de semaine, dopés par les craintes d’une nouvelle escalade du conflit en Ukraine, suite à la mobilisation partielle annoncée par Poutine. Mais les inquiétudes économiques ont fini par l’emporter : à la clôture du 23 septembre, le Brent chute à son plus bas niveau en 8 mois. Plusieurs analystes pensent que ce recul sera de courte durée, l’embargo UE sur les importations de pétrole russe en décembre pourrait notamment agir comme facteur de rebond.

  • Le contrat pour livraison en octobre enregistre une baisse de – 6,36 % depuis le 19 septembre, clôturant à  86,15 $/b le 23 septembre.

Le carbone fléchit

Les prix des émissions C02 marquent à la baisse. Le spectre d’une récession pèse sur les cours. Les marchés anticipent aussi la possibilité que la Commission européenne puisse libérer des quotas de Co2 de sa réserve pour financer son plan REPowerEU.

  • Le contrat Décembre 2022 clôt vendredi 23 septembre à 65,77 €/t, soit une baisse de – 7,51  %  sur la semaine.

Evolution du prix du carbone depuis 1 an (en €/MWh)

(Source EEX- 23 septembre)