La pénurie d’énergie en passe de devenir réalité ? A peine sortis du Covid, les pays sont aujourd’hui confrontés à une crise énergétique sans précédent. Vendredi 1er juillet, le gouvernement français a réuni les partenaires sociaux pour étudier les pistes à activer en cas de rationnement.

L’électron poursuit son ascension

La hausse du carbone, du charbon et du pétrole ainsi que la crise gazière propulsent les prix de l’électricité à de nouveaux sommets, et ce sur toutes les échéances. Une production nucléaire en berne ne permet pas de rassurer les marchés. Le 27 juin, le ministère de la Transition écologique a annoncé rouvrir une centrale à charbon pour éviter de possibles délestages.

Evolution sur la semaine avec clôture au 1er juillet

  • Cal-23 : 364,29 €/MWh – Hausse : + 11,75 %
  • Cal-24 : 206,13 €/MWh – Hausse : + 4,54 %
  • Cal-25 : 172,50 – Hausse : +2,61 %

Évolution du prix de l’électricité depuis 1 an (en €/MWh)

(Source EEX – 1er juillet 2022)

Évolution des prix de l’électricité depuis 1 mois (en €/MWh)

(Source EEX – 1er juillet 2022)

Les prix du gaz s’envolent

En 2022, la Russie n’a fourni que 50 mds de m3 de gaz à l’Europe, soit 1/3 de moins qu’en 2021. Et la situation pourrait s’aggraver. L’Allemagne a activé le niveau 2 de son plan d’urgence sur l’approvisionnement en gaz, dernier palier avant le rationnement. Le marché du GNL est également sous pression. La demande croissante en Asie fait grimper les prix alors que l’arrêt de l’un des plus gros terminaux d’exportation américain plombe l’offre. Pour faire face à une éventuelle pénurie de gaz, nombre de pays du Vieux continent envisagent de rouvrir leurs centrales à charbon.

Evolution sur la semaine avec clôture au 1er juillet

  • Cal-23 : 101,02 €/MWh – Hausse : + 12,06 %
  • Cal-24 : 66,52 €/MWh – Hausse : + 11,03 %
  • Cal-25 : 45,77 €/MWh – Hausse : + 8,48 %

Evolution des prix du gaz depuis 1 an (en €/MWh)

(Source EEX – 1er juillet 2022)

Evolution des prix du gaz depuis 1 mois (en €/MWh)

(Source EEX – 1er juillet 2022)

Un été sous tension

L’Opep + a annoncé une production légèrement plus importante pour cet été, mais cela ne suffira pas à compenser le manque de barils lié à l’embargo sur le pétrole russe. De nombreux acteurs s’inquiètent aussi de ce que les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite seraient au maximum de leurs capacités de production, ce qui remettrait en question la hausse de 648.000 barils/j en juillet et en août. Autre point d’inquiétude, la Libye, l’un des quatre principaux producteurs africains, est confrontée à une crise institutionnelle majeure et à la fermeture forcée de sites pétroliers. En parallèle, la demande ne faiblit pas, portée par la levée des restrictions sanitaires chinoises.

  • Evolution sur la semaine avec clôture au 1er juillet : 111,63 $/b – Hausse : + 2,38 %

Le carbone reprend de la hauteur

Le carbone franchit à nouveau le pallier des 90 €/t le 30 juin avant de redescendre à la clôture de vendredi 1er juillet. Il reste à des niveaux hauts, autour de 85 €/t.

  • Evolution sur la semaine avec clôture au 1er juillet : 85,58 €/t. – Hausse : + 0,16  %

Evolution du prix du carbone depuis 1 an (en €/MWh)