Contexte actuel : Face au coronavirus, l’économie mondiale broie du noir

Après un rebond au-dessus des 44€/MWh, les prix reviennent sur les 42. Le plancher de l’ARENH va-t-il enfin être percé ?

Évolution du prix de l’électricité depuis 2008 (en €/MWh )

(source EEX- 3 mars 2020)

Évolution du prix de l’électricité depuis 1 an (en €/MWh)

(source EEX- 3 mars 2020)

CO2 : une fin de mois difficile

Le marché réagit aux craintes autour du coronavirus ainsi qu’à l’anticipation d’un approvisionnement important lié aux enchères britanniques du 4 mars. Résultat, les cours du CO2 baissent, clôturant le mois à 23,69 €/tonne EUA pour le contrat Décembre 2020 et à 23,62 €/tonne EUA pour celui de Décembre 2021.

Charbon, gaz et pétrole : des cours unanimement déprimés

Touchés de plein fouet par le coronavirus, les cours du pétrole dévissent. Alors que les stocks sont élevés, la demande pétrolière chinoise a diminué d’environ 3 millions de barils par jour, soit 20% de sa consommation totale, ce qui en fait la baisse la plus importante depuis la crise de 2008. Courant du mois, la propagation de l’épidémie hors de Chine a fini de déprécier les prix de l’or noir. Le 28 février, ils ont ainsi chuté pour la sixième journée consécutive. Le Brent est en passe d’enregistrer sa plus forte chute hebdomadaire depuis 2016, à $49.67/b.
Sans surprise, après un léger rebond, les prix du gaz sont revenus sur les niveaux de début février. Habituellement tirée par la Chine, la consommation de charbon est elle aussi sous pression et les prix marquent un repli de 5,40 %.

Morosité et anxiété font la loi sur les marchés

A la panique sanitaire s’ajoute celle des marchés. L’épidémie se propage en effet partout dans le monde et jusque dans les places boursières. Les marchés terminent ainsi février sur une chute de plus de 12 %. Désormais, investisseurs comme experts s’accordent sur une révision à la baisse des perspectives économiques mondiales. La question qui demeure est de savoir si le monde doit se préparer à une correction exogène ou à une récession durable.


Synthèse et préconisation

Tant que les 42€/MWh tiennent, la question reste la même. Offre ARENH vs offre 100% marché ? Fixer son prix et s’affranchir des incertitudes du mécanisme de revente du nucléaire historique semble judicieux. En fonction du fournisseur et des volumes en jeu, on peut souscrire une clause de swap en complément.

ARENH

(source EEX- 3 mars 2020)