Contexte : Rien ne semble vouloir freiner le carbone

Les prix de l’électricité français se rapprochent doucement de leur plus haut niveau des dix dernières années, 63 €/MWh le 10 septembre 2018. Alors que les prix allemands ont déjà dépassé leur record décennal.

Évolution du prix de l’électricité depuis 2008 (en €/MWh )

opera energie evolution prix electricite depuis 2008 en date de mai 2021

(Source EEX – 4 mai 2021)

Évolution du prix de l’électricité depuis 1 an (en €/MWh)

opera energie evolution du prix electricite depuis 1 an en date de mai 2021

(Source EEX – 4 mai 2021)

La période de conformité fait bondir les prix du CO2

Le carbone continue de battre des records. Le contrat Dec-21 débute le mois à 42,56 €/t avant d’enchaîner chaque semaine d’avril les plus hauts historiques pour terminer à 48,93 €/t. Le palier symbolique des 50 €/t est sur le point de céder.

Cette flambée des prix est due à la fois aux achats de mise en conformité de dernière minute et aux nouveaux objectifs de l’UE qui souhaite atteindre une réduction nette d’au moins 55 % des émissions de GES d’ici 2030. Selon plusieurs analystes, l’ascension du carbone ne fait que commencer, certains le projetant déjà dans la zone des 60 à 100 €/t, d’ici à la fin de l’année.

Cap haussier pour les fondamentaux

Le charbon débute le mois en léger recul, grâce à un approvisionnement suffisant. Mais tiré par la forte demande asiatique, le Cal-22 progresse jusqu’à 75,75 $/t le 16 avril. Il finit le mois sur un cap haussier, la production étant impactée par la fermeture d’une mine dans la région chinoise du Xinjiang, à la suite d’inondations, et par le froid diplomatique entre la Chine et l’Australie. Côté or noir, le prix est soutenu par des prévisions encourageantes pour la demande, entre l’accélération des campagnes de vaccination en Europe et aux Etats-Unis, la révision de demande mondiale de pétrole pour 2021 annoncée par l’OPEP + et des perturbations temporaires de la production, en Libye et en Arabie saoudite.

Le gaz évolue lui aussi à la hausse, porté par une demande asiatique de GNL toujours croissante. Du 26 au 30 avril, le Cal-22 grimpe de plus de 8% de 18,24 à 19,78 €/MWh.

L’électricité gagne des points

Sur la courbe long terme, l’électricité répercute l’envolée des prix du carbone et des autres commodities. Titrant à 55,45 €/MWh le 14 avril le Cal-21 clôture le mois d’avril à 60,40 €/MWh, soit une hausse de près de 9% sur douze séances. Pour mémoire, le prix du CO2 influe en effet directement les prix de l’électron en ce que son coût se répercute sur le cout de fonctionnement des centrales thermiques qui sont appelées en période de pointe de consommation d’électricité. La fin de la conformité suffira-t-elle à faire baisser les prix du carbone et dans son sillage de l’électricité ? Ou le carbone augmentera-t-il à la faveur de nouvelles prises de positions ?


Synthèse et préconisation

Même s’il ne s’appelle désormais plus Hercule, le projet de réforme d’EDF continue d’être discuté entre Paris et Bruxelles, et avec lui l’avenir du mécanisme d’accès au nucléaire. En attendant que les incertitudes soient levées, les offres ARENH permettent de limiter la hausse de budget.

ARENH

opera energie prix arenh mai 2021