Contexte : Le carbone fait la pluie et le beau temps

Les prix de l’électricité suivent la tendance haussière du carbone qui est le principal élément influençant le marché ces derniers mois. Le niveau de prix actuel et la valorisation des garanties de capacité pour 2021 rendent les offres ARENH attractives malgré les incertitudes réglementaires pesant toujours sur ce type de contrat.

Évolution du prix de l’électricité depuis 2008 (en €/MWh )

Evolution des prix de l'électricité depuis 2008 au 1er mars 2021

(Source EEX – 5 mars 2021)

Évolution du prix de l’électricité depuis 1 an (en €/MWh)

Evolution des prix de l'électricité depuis 1 an au 1er mars 2021

(Source EEX – 5 mars 2021)

Le carbone garde son cap haussier

Entre le renforcement des ambitions climatiques de l’Europe, l’arrivée de nouveaux acteurs financiers (ces hedge funds fortement attirés par le virage vert des politiques européennes) et les obligés moins enclins à la vente, le prix du CO2 poursuit son ascension fulgurante, entamée fin 2020. Début janvier, dans un faible volume d’échanges, les prix sont également soutenus par les interrogations autour du futur mécanisme de quotas carbone britannique. Le carbone pour livraison 2021 passe ainsi au dessus de 34 €/t. En février, les prix explosent.
Décembre 2021 s’affiche le 5 février à 38,20 € /t pour atteindre 39 €/t en milieu de mois : des plus hauts historiques ! Sur la même période, Décembre 2022 évolue de 36,57 à 39,23 €/t. Des prix records, surtout quand on se rappelle que le prix moyen en 2020 était de 25 € la tonne. Fin du mois, les prix se replient légèrement, consolidant autour des 38 €/t après avoir brièvement dépassés les 40 €/t.

Les fondamentaux en ordre dispersé

Janvier a chahuté les prix du charbon. D’abord relativement stables, ils marquent à la baisse en milieu de mois, avec un Cal 2021 évoluant de 59,46 $/t le 15 janvier à 56,50 $/t le 22. Le manque de disponibilité nucléaire et de production EnR viennent ensuite soutenir les prix… avant qu’ils ne chutent à nouveau en février.

Ce début d’année a en revanche bénéficié aux prix du pétrole, qui progressent dans le sillage de la cérémonie d’investiture de Joe Biden, des annonces de coupe de l’Opep + et du démarrage des campagnes de vaccination. Affichant 55,41 $/b fin janvier, l’or noir traite au-dessus de 60 $/b en février, atteignant 67,70 $/b le 25 février : des niveaux plus vus depuis 1 an ! Côté gaz, les prix suivent la dynamique haussière du Brent en janvier, puis se contractent légèrement fin du mois. Même schéma en février, avec une hausse en début et un repli en fin de mois.

L’électron sous influence du CO2

Pour commencer l’année, malgré la volatilité liée aux fluctuations du CO2 , les prix sont restés globalement stables impactés par les rumeurs de reconfinement. Le Calendar 2022 titrait ainsi à 52,53 €/MWh début janvier pour finir le mois à 51,08 €/MWh. L’électricité se redresse sur toutes les échéances début février, répercutant la hausse des fondamentaux, notamment du carbone. Du 1er au 5 février 2021 le Calendar 2022 passe de 50,93 à 52,43 €/MWh pour grimper à 54,10 €/MWh en milieu de mois. Sur la fin de mois, les prix resteront plutôt stables, Cal 22 clôturant le 26 février à 53,26 €/MWh.


Synthèse et préconisation

Les cours du CO2 et de l’électron présentent un taux de corrélation de 0,84 depuis un an. Le mécanisme des quotas carbone étant l’un des outils majeurs de la commission européenne pour mettre en place la transition énergétique, il faut s’attendre encore à pas mal de remous sur ce marché.

ARENH