Notes d'analyse énergie

Contexte actuel : Les marchés ne s’engagent pas, déjà tournés vers 2020

En ce début d’année, les certificats d’émissions de CO2 supportent toujours les prix de l’électricité qui baisseraient encore davantage si la tonne de carbone lâchait du leste. On continuera donc à suivre de près le dénouement du Brexit. Sur des contrats courts, les offres ARENH sont plus compétitives mais avec la nouvelle année et de nouveaux horizons de cotation, pourquoi ne pas fixer son prix jusqu’en 2024 ? Et ainsi s’affranchir des incertitudes réglementaires.

Évolution du prix de l’électricité depuis 2008

Evolution du prix de l'électricité depuis 2008

Évolution du prix de l’électricité sur un an

Evolution des prix de l'électricité sur un an (source EEX – 7 janvier 2020)[/caption]

Le CO2 : Cap sur 2020

Aucune vraie tendance ne s’est dégagée ce mois-ci, en raison notamment de la fermeture annuelle du marché du carbone. On retiendra l’extinction du contrat Décembre 2019 au profit des benchmarks Décembre 2020 et 2021. La vente des certificats d’émissions en provenance du Royaume-Uni fera vraisemblablement la pluie et le beau temps sur les prix du carbone début 2020. Malgré un début d’année à la baisse aux alentours des 24€/tonne, après avoir terminé l’année 2019 autour des 26€/tonne, le CO2 continue de soutenir l’électricité sur la courbe long terme, qui ne répercute effectivement pas la chute des prix des combustibles.

Charbon, gaz et pétrole : contraction de prix généralisée

Malgré les tensions au Moyen-Orient, les énergies fossiles voient leur prix diminuer. L’Inde augmente sa production de charbon pour en faire le pilier de sa production électrique et les pays d’Asie du Sud-Est pourraient lui emboîter le pas d’après l’AIE. Du côté du pétrole, la baisse de production de l’OPEP et la perspective d’un accord sino-américain ont fait grimper les prix mais sans avoir raison de l’abondance de l’offre qui fait démarrer l’année sur une note baissière. Le gaz ne vient pas contredire ces signaux baissiers, avec des prix en recul.

2019, année de l’attentisme

2019 restera dans les esprits comme une année d’attentes. Certes un rebond a été enregistré au 4ème trimestre, largement motivé par les investissements de la BCE et de la FED.
Mais est-ce suffisant pour y voir une nouvelle impulsion durable de la trajectoire de l’économie globale ?
Dans la continuité, 2020 concentre nombre d’incertitudes. La saga du Brexit touche à sa fin, mais la phase de transition est encore longue ; la concurrence entre Pékin et Washington s’accroît ; les tensions irano-américaines se cristallisent en Irak ; l’issue des élections à la Maison Blanche est indécise…


Synthèse et préconisation

L’écrêtement ARENH s’appliquera dans quelques semaines à partir des factures de janvier. Nous estimons ce surcoût à 1.59, 1.68 et 1.73 €/MWh pour des profils moyens respectivement BT ≤ 36kVA, BT> 36kVA et HTA.

ARENH

(source EEX – 9 janvier 2020)

Actuellement, le prix de l’ARENH est plus compétitif que les prix de marché pour 2021, 2022 et 2023.