Contexte actuel : Les marchés souffrent des inquiétudes sur le 2019-nCoV

Dans un monde globalisé, l’épidémie qui paralyse la 2e économie de la planète commence à inquiéter les différents acteurs économiques. La baisse est sensible depuis cet été, les offres ARENH n’offrent plus qu’un maigre avantage de prix au regard des incertitudes pesant sur le mécanisme à l’approche du déploiement du projet Hercule.

Évolution du prix de l’électricité depuis 2008 (en €/MWh )

(source EEX- 7 février 2020)

Évolution du prix de l’électricité depuis 1 an l’électricité depuis 1 an (en €/MWh)

(source EEX- 7 février 2020)

Le CO2 : le cours du carbone recule

Le marché du carbone est victime de l’ambiance morose mais aussi du Brexit. En effet, nos voisins britanniques ayant désormais acté leur sortie de l’UE, la suspension des enchères de quotas Outre- Manche, qui courait depuis novembre 2018, a été levée. Les enchères reprendront le 4 mars et c’est plusieurs dizaines de millions de tonnes de CO2 qui seront remis sur le marché.

Charbon, gaz et pétrole : sous tension, les prix se mettent à l’heure chinoise

Le baril termine janvier sur ses plus bas depuis fin 2018. Le mois aura été marqué par les craintes que fait peser l’épidémie de coronavirus sur la demande mondiale en or noir. Corrélés aux prix du pétrole, les prix long terme du gaz suivent à la baisse : le Cal-2021 PEG se repliant à 14 €/MWh fin janvier. Le prix du charbon s’aligne lui aussi à la baisse, touché de plein fouet par le ralentissement du plus gros consommateur d’énergie du monde qu’est la Chine.

Une économie mondiale grippée

Les marchés sont focalisés sur la situation en Chine. Si les investisseurs s’inquiètent des possibles conséquences sur le plan humain, ils le sont également de l’impact économique que pourrait avoir le virus sur le pays, qui montrait déjà en 2019 quelques signes d’essoufflement (taux de croissance de 6 % soit le plus bas depuis 30 ans). Les observateurs appréhendent tout autant les dommages collatéraux qu’entrainerait une trop grande décélération de la croissance chinoise : pour rappel la Chine représente aujourd’hui 16 % du PIB mondial (vs 4 % en 2003).


Synthèse et préconisation

Les prix de marché pour 2021 sont brièvement passés sous les 42 €/MWh de l’ARENH, encore un peu juste pour exercer un retour marché, à moins de vouloir vraiment s’affranchir des incertitudes réglementaires.

ARENH

(source EEX- 7 février 2020)