Avant que le président de la République n’annonce les mesures qu’il compte prendre à la suite du Grand débat national qu’il a initié, la CLCV (Association nationale de défense des consommateurs et usagers) et l’UFC-Que Choisir l’appellent aujourd’hui, dans une lettre ouverte, à répondre concrètement aux attentes largement exprimées des Français en termes de pouvoir d’achat, en empêchant que la hausse (+ 5,9 %) du tarif réglementé de vente de l’électricité (TRV), «aussi spectaculaire qu’infondée», n’ait lieu.

La délibération du 7 février 2019 de la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE) enjoint le Gouvernement à augmenter de 5,9 % le tarif réglementé de vente de l’électricité (TRVE) : les deux associations considèrent cet avis techniquement infondé et juridiquement contestable. « Cette interprétation nous paraît dépasser le cadre de la légalité. La transformation des TRVE en prix plafond, logique que la CRE cherche à imposer, n’est inscrite dans aucun texte et contrevient à l’essence même de la loi Nome. » expliquent-elles notamment.

En cas de validation de la hausse, les associations annoncent vouloir saisir le Conseil d’État pour en obtenir l’invalidation.