Qu’appelle-t-on écrêtement de l’ARENH ?

Consultez notre vidéo explicative :

Le mécanisme réglementaire de l’ARENH permet aux concurrents d’EDF de lui acheter jusqu’à un quart (soit 100 TWh) de sa production d’électricité nucléaire, à un prix plus compétitif que le niveau actuel du marché.

Or, sous l’effet du développement de la concurrence (on compte aujourd’hui près de 45 fournisseurs d’électricité…), la totalité de la quantité d’ARENH souhaitée par l’ensemble des fournisseurs alternatifs pour l’année 2019 a dépassé ce seuil de 100 TWh.

On parle alors d’écrêtement ARENH : 133 TWh ARENH ont été commandés pour les 100 TWh de plafond réglementaire (soit un taux d’écrêtement de 25%). C’est la première fois qu’une telle situation se présente, depuis la mise en place de ce dispositif en 2011.

Quelles conséquences pour les consommateurs ?

Les fournisseurs alternatifs recevront moins d’électricité ARENH qu’ils n’en ont demandée. Or tout écart entre la partie du ruban couverte par l’ARENH et les besoins réels du fournisseur donne lieu à un approvisionnement complémentaire sur le marché de gros.

Obligés de se repositionner, les fournisseurs n’ont eu donc d’autre choix que de solder leur demande de MWh avec de l’électricité à 58 €/MWh contre 42€/MWh pour le prix ARENH. Ils ont été également dans l’obligation de se repositionner sur le marché de capacité, l’ARENH intégrant le mécanisme (à proportion de 1 MW d‘ARENH=1 MW de capacité).

Autant de coûts supplémentaires supportés par les fournisseurs qui viendront se répercuter sur la facture du consommateur final.

La hausse dépendra du profil de consommation et sera de 2 % à 5 % environ.

 

ARENH avant guichet nov 18

 

ARENH après commande nov 18

 

Une mise en application identique d’un fournisseur à l’autre

L’écrêtement ARENH est un évènement réglementaire, qui devrait donc être appliqué de la même manière par l’ensemble des fournisseurs. A ce titre, en fin d’année 2018, alors qu’un écrêtement était probable, la Commission de régulation de l’énergie, dans une publication en date du 25 octobre, avait tenu à rappeler « un certain nombre d’éléments factuels » :

« si le plafond d’ARENH est atteint, EDF devra appliquer le même taux d’écrêtement dans ses offres sur le marché de détail. […] les offres de marché d’EDF devront être fondées sur le même taux d’écrêtement ; […] le prix de l’électricité augmentera à proportion du taux d’écrêtement pour la grande majorité des consommateurs, résidentiels et entreprises, qu’ils soient aux TRV, en offre de marché chez EDF, ou en offre de marché chez un autre fournisseur. »