le senat conditionne l'arrêt de reacteurs nucleaires

 Ce vendredi 18 juin, en premier lecture du projet de loi Climat, le Sénat a conditionné l’arrêt de réacteurs nucléaires à la mise en place effective de capacités de production d’énergies renouvelables équivalentes.

L’annonce n’a pas manqué de faire réagir, Barbara Pompili dénonçant « un article ni fait ni à faire ». La ministre a également insisté sur la question « essentielle » de la sûreté nucléaire.

Côté de l’opposition, cette mesure vise au contraire à « conforter l’objectif de décarbonisation du texte », tout en sécurisant la fourniture d’énergie électrique, souligne le rapporteur Daniel Gremillet (LR). Ce dernier rappelle aussi que « Cet hiver on sait tous qu’on a joué avec le feu ».

Sophie Primas, présidente LR de la commission des Affaires économiques, abondera d’ailleurs dans son sens, estimant que cet ajout est « la ceinture sécurité de l’article » et qu’  « Il n’y a pas ceux qui veulent du tout nucléaire, ceux qui veulent du tout renouvelable, il y a simplement dans cet hémicycle des élus de la République qui souhaitent que nous ne soyons pas en black-out ».

Le Sénat a aussi adopté un amendement précisant dans son dispositif la nécessité de respecter les règles de sûreté nucléaire.

La part du nucléaire, qui représente actuellement 70% du mix énergétique français, ne devrait plus en représenter que 50% en 2035.