baisse-petrole-puis-hausse

Les cours du brut ont subi une forte baisse avant de se redresser en fin de journée.

L’OPEP + maintient sa hausse progressive de production

En hausse à la veille de la réunion mensuelle de l’Opep +, les cours du baril ont chuté lorsque le Cartel a annoncé l’augmentation de sa production de 400 000 b/j en janvier prochain.

Face à la recrudescence de l’épidémie de Covid et à l’apparition du nouveau variant Omicron, les observateurs s’attendaient au contraire à un gel de la production.

L’OPEP+ se réserve cependant le droit de revoir sa décision « en fonction des développements de la pandémie » d’ici à la prochaine réunion, prévue le 4 janvier, selon un communiqué officiel.

Le Brent a ainsi plongé à des plus bas depuis août dernier, avant de remonter en fin de journée.

Le retour du pétrole iranien, une inconnue qui pèse sur les marchés

Les marchés sont également dans l’attente des résultats des négociations qui se mènent actuellement en Autriche au sujet du nucléaire iranien.

Le négociateur en chef iranien Ali Bagheri a indiqué ce jour avoir fait deux propositions sur une levée des sanctions et son programme nucléaire, au troisième jour des discussions pour un accord sur son programme nucléaire, qui dépend selon Téhéran de la « bonne volonté » occidentale.

Le pétrole iranien représenterait environ un million et demi de barils supplémentaires par jour.