réorganisation d'EDF se précise

Jeudi dernier, Jean-Bernard Lévy a présenté aux syndicats le projet de réorganisation d’EDF. Comme l’annonçaient divers bruits de couloirs au sujet de ce projet Hercule, les activités de fourniture et de production seront bien séparées. Plus précisément, le nucléaire, les barrages hydroélectriques et le transport de l’électricité (RTE, propriété à 50,1 % du groupe) seraient regroupés au sein d’une entité EDF Bleu, qui resterait dans le giron étatique. La commercialisation mais aussi la distribution (Enedis, propriété à 100 % d’EDF à ce jour ainsi que Dalkia) et les EnR (hors hydroélectricité) seraient réunies sous EDF Vert, ouvert aux investisseurs privés. Cette réorganisation, voulue par les pouvoirs publics, permettrait à l’électricien historique de faire face à ses problématiques économiques actuelles (soit une dette de 33 milliards d’euros, que risquent d’alourdir les nombreux retards du chantier de Flamanville) et celles à venir (démantèlement du parc nucléaire).

Pour affiner ce projet, un groupe de travail va être créé, entre la direction d’EDF et l’Etat. Objectif : présenter d’ici la fin de l’année un plan définitif à la Commission européenne qui presse la France de se conformer à ses exigences en matière de concurrence sur le marché de l’énergie.