Les tarifs bleus augmentent au 1er février

Dans une délibération en date du 11 janvier 2018 (n°2018-006), la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) a proposé une hausse des tarifs réglementés d’électricité dès le 1er février 2018, alors que les augmentations sont habituellement prévues en août. Faisons un point sur ces évolutions anticipées, leur impact suivant les types de contrats et leurs causes.

La CRE propose une hausse des tarifs réglementés de l’électricité EDF en ce début d’année

En France métropolitaine, les tarifs réglementés de vente, fixés par les pouvoirs publics, ne concernent plus que les sites ayant une puissance souscrite inférieure ou égale à 36 kVA : on parle de tarif bleu. Depuis fin 2015, les tarifs réglementés ont en effet été supprimés pour les sites ayant une puissance plus importante. Mais il reste encore de très nombreux clients qui vont être concernés par cette hausse prévue des tarifs bleus puisqu’elle va toucher dès février plus de 26 millions de ménage, ainsi que 3,3 millions de sites professionnels. L’augmentation proposée par la CRE est de 0,7% pour les clients résidentiels et de 1,6% pour les tarifs professionnels.

Des clients différemment impactés par cette augmentation des tarifs bleus d’électricité 2018

Cette hausse de 0,7% est une moyenne qui masque des disparités selon le type de tarif bleu. Si l’on regarde plus en détails, la facture des clients professionnels va s’alourdir de 1,9% en moyenne pour le tarif base et éclairage public. La hausse est annoncée plus modeste pour les clients ayant un tarif HPHC, c’est-à-dire un prix différencié entre les heures pleines et les heures creuses et devrait atteindre 1,2%. Précisons que l’ampleur de l’augmentation des tarifs bleus dépend également de la puissance des sites : les petits sites, ceux qui ont une puissance souscrite minimum de 3 kVA, verront leur facture croître de presque 5%. En revanche, la hausse s’avère plus modérée pour les sites ayant une puissance plus importante.

Une hausse des tarifs bleus d’électricité liée notamment aux Certificats d’Economie d’Energie

C’est du côté des CEE (Certificat d’Économie d’Énergie) qu’il faut regarder pour trouver la principale raison de ces évolutions de tarifs, souhaitées de manière anticipée par la CRE en charge de la régulation des marchés de l’électricité et du gaz naturel en France. Le coût de cette obligation de réalisation d’économies d’énergie imposée par les pouvoirs publics impacte en effet de façon croissante les comptes du fournisseur historique, d’autant que la 4ème période du mécanisme est entrée en vigueur en début d’année.

Il faut noter que l’augmentation proposée par la CRE doit encore être validée par le gouvernement, mais l’issue laisse peu de place au doute. Reste désormais à savoir si la CRE proposera une nouvelle hausse au 1er août…

Cette hausse des tarifs bleus renforce encore l’attractivité des offres de marché proposées par les différents fournisseurs alternatifs. Et pour mieux comprendre ces différents tarifs, Opéra Énergie peut vous accompagner dans la sélection et le choix du contrat d’électricité le plus adapté à votre activité et à votre site.