Automne 2016 : retour sur le pic du marché de l'élec

Après un été plutôt calme durant lequel le prix baseload cal-2017 France a oscillé entre 31 et 34€/MWh, le mois de septembre a vu une hausse rapide des prix qui s’est prolongée jusqu’à début novembre.

Hausse des prix de l’électricité : le surcoût de la sécurité

L’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire) a demandé à EDF d’arrêter plusieurs de ses réacteurs pour effectuer une série de contrôles imprévus, notamment sur des générateurs à vapeur fabriqués par Areva et JCFC, un sous-traitant japonais. Cette décision de l’ASN découle d’une anomalie découverte sur la cuve de l’EPR de Flamanville en 2015. Il s’agit d’une concentration trop élevée en carbone dans l’alliage utilisé, modifiant ainsi les propriétés mécaniques du matériau. L’ASN a donc souhaité que les différents composants des centrales nucléaires qui pouvaient être concernés soient vérifiés, d’où l’arrêt imprévu de plusieurs réacteurs sur l’ensemble du territoire.

L’arrêt de plusieurs réacteurs a fortement diminué le taux de disponibilité des centrales françaises à l’approche des premières semaines froides de l’année. Or la production d’électricité française est à 75% d’origine nucléaire et la consommation française est particulièrement sensible aux variations de température en raison de la forte implantation du chauffage électrique dans nos foyers. En hiver, une baisse de température d’un degré entraîne un besoin en électricité de 2 300 MW supplémentaires, soit la production de 2 réacteurs nucléaires.

Un regain d’attractivité pour le prix ARENH

La combinaison de ces événements a fait craindre une pénurie d’électricité, voire un black-out en cas de très grand froid cet hiver. La baisse de l’offre combinée à une hausse de la demande a donc fait exploser les prix pour l’hiver 2016-2017, le prix baseload cal-2017 a augmenté de 60%, le 1er trimestre Q1-2017 et les mois de décembre et janvier ont plus que doublé.

Suite à cette hausse, l’ARENH et son prix de 42€/MWh, délaissé depuis plus d’un an par les fournisseurs alternatifs qui préféraient s’approvisionner sur le marché, est redevenu intéressant. Ainsi, le volume de la commande ARENH du 15 novembre 2016 s’est élevée à plus de 40 TWh alors même que le cal-17 clôturait à 49.62€/MWh ce jour-là.

Le 5 décembre 2016, l’ASN autorise officiellement le redémarrage de 7 réacteurs et d’autres sont planifiés pour fin décembre et janvier. Les incertitudes sur la production nucléaire levées, les marchés s’écroulent, le prix baseload cal-17 passant de 44.93€/MWh à 34.28€/MWh entre le 2 et le 6 décembre.