hausse des prix electricite et gaz

 « Électricité, gaz : l’inquiétude monte face à la flambée incontrôlée des prix » pour les Echos, « Pourquoi les prix de l’électricité et du gaz explosent en Europe » s’interroge Numerama, « En France le prix de l’électricité flambe » titre  Le Figaro, « Gaz, électricité, carburants : une hausse tous azimuts » interpelle Le Monde… Cela n’aura échappé à personne, l’envolée des prix de l’énergie truste les fils d’information des médias. Et pour cause, les prix du gaz et de l’électricité battent des records.

Julien Teddé, Directeur général d’Opéra Énergie, livre des éléments de compréhension.

Quelles sont les raisons de la forte hausse des prix du gaz et de l’électricité ?

 

 

Alerte rouge sur le prix de l’électricité

Les cours de l’électricité ont doublé en 1 an et dépassé le cap symbolique des 100 €/MWh : une situation inédite !

La réévaluation du tarif réglementé d’électricité en février prochain risque de répercuter cette hausse. Or, elle concernera près de 30 millions de foyers.

Une situation qui n’a pas manqué de faire réagir les associations de consommateurs.

L’UFC-Que choisir publie ainsi un communiqué au titre évocateur « Alerte rouge sur le prix de l’électricité ». « l’UFC-Que Choisir estime que la hausse du TRVE au début de l’année 2022 atteindra 11,3 % HT (8), soit près de 10 % TTC. Du jamais vu ! »

Relever le plafond ARENH devient urgent

Cette hausse massive pourrait être ramenée à seulement + 1,5 % « Si le gouvernement se décidait enfin à augmenter le plafond du volume d’ARENH à 150 TWh ». En effet, l’écrêtement n’impacte pas seulement les consommateurs en offres de marché, mais bien tous les consommateurs, même ceux au Tarif Réglementé d’EDF !

Côté entreprises, l’association des industries consommatrices d’énergie, l’UNIDEN, a rappelé que, dans ce contexte, ses membres sont « exposés pour une bonne part de leur approvisionnement aux prix de marché de gros, soit un surcoût autour d’un 1 milliard d’euros pour 2022 et une augmentation d’un tiers de leur facture d’électricité ». Elle aussi demande au Gouvernement de porter le volume d’ARENH disponible de 100 à 150 TWh. Mais las, le guichet de novembre se profile et rien n’est changé…

Les prix du gaz s’envolent et accélèrent la course haussière de l’électron

La flambée des prix de l’électricité a été amorcée par celle des prix du C02, qui est passé de 7 € / t au début de l’année 2018 à plus de 60 € / t actuellement. Et elle a pris un nouvel élan avec l’envolée des prix du gaz et du charbon. Le niveau du Tarif Réglementé de gaz pour les ménages a augmenté de 50% depuis l’été 2020.  Le Cal-22 cote à 43.54€/ MWh le 20 septembre.

Une situation difficilement tenable et qui touche l’ensemble des pays européens à tel point que l’Agence internationale de l’énergie (AIE) s’est emparée du sujet.

« Les prix de l’électricité en Europe ont atteint leurs plus hauts niveaux depuis plus d’une décennie ces dernières semaines, dépassant les 100 euros le mégawattheure sur de nombreux marchés. En Allemagne et en Espagne, par exemple, les prix en septembre ont été environ trois ou quatre fois supérieurs aux moyennes observées en 2019 et 2020. » rapporte l’AIE qui analyse encore que « La forte hausse des prix du gaz a conduit les fournisseurs d’électricité sur un certain nombre de marchés européens à passer du gaz au charbon pour la production d’électricité. ».

L’AIE interpelle la Russie

« L’AIE estime que la Russie pourrait faire plus pour augmenter la disponibilité du gaz en Europe et garantir que le stockage est rempli à des niveaux adéquats en vue de la prochaine saison de chauffage hivernale. » « C’est aussi une opportunité pour la Russie de souligner sa crédibilité en tant que fournisseur fiable du marché européen » ajoute l’AIE.

La Russie n’a pas encore réagi.