hydroption fait faillite

Clap de fin pour le fournisseur d’électricité Hydroption qui s’est vu retirer son autorisation d’exercer après que le tribunal de commerce de Toulon a prononcé sa liquidation judiciaire, selon un arrêté publié mardi au Journal officiel.

Les prix de l’énergie rebattent les cartes du secteur

La fébrilité des cours de l’énergie a eu raison de ce fournisseur qui exerçait depuis 2015, surtout auprès des entreprises et collectivités.

Alors que la pandémie de covid battait son plein, Hydroption avait décidé de réduire ses achats d’électricité en 2020. La reprise, avec dans son sillage la hausse de consommation, l’a pris de court, à tel point qu’il a été contraint de s’approvisionner en toute urgence sur les marchés, dont les prix prohibitifs font depuis quelques semaines les gros titres des médias.

En France, Hydroption est le 1er fournisseur à mettre la clé sous la porte. Mais il est loin d’être un cas isolé en Europe. Au Royaume-Uni, 21 fournisseurs d’énergie ont déposé les armes depuis le mois d’août. En Belgique, on compte maintenant deux opérateurs ayant mis fin à leurs activités. L’Allemagne n’est pas épargné, avec un premier fournisseur placé sous liquidation judiciaire.

Le fournisseur de secours, la réponse française pour assurer la continuité de fourniture

Début novembre, devant l’urgence de la situation, le ministère de la transition écologique a dérogé  à la loi énergie-climat qui prévoit que les fournisseurs de secours sont désignés par appel d’offre.

L’Hôtel de Roquelaure a ainsi désigné « de manière transitoire et au titre des mesures temporaires de sauvegarde, des fournisseurs de secours pour l’électricité » : il s’agit d’EDF sur les zones de desserte d’Enedis et de RTE et des Entreprises Locales de Distribution sur leurs zones de desserte respectives.

Le dispositif de fourniture de secours a pour objectif de protéger les clients dont le fournisseur serait défaillant en assurant, dans tous les cas, leur continuité d’approvisionnement.

« En cas de défaillance d’un fournisseur, les clients sont basculés automatiquement et sans délai chez le fournisseur de secours. Il n’y a aucune démarche à faire, le fournisseur de secours prendra contact directement avec les clients concernés dans les meilleurs délais. Aucun risque de rupture d’approvisionnement n’est donc à craindre pour les clients concernés. »  rappelle ainsi le gouvernement

 Qu’en est-il de l’ARENH dans le cadre d’une défaillance de fournisseur ?

Évidemment la question se pose, une semaine après la publication des demandes ARENH 2022 qui ont battu des records.

D’une part, « La Commission de régulation de l’énergie a engagé les démarches pour obtenir l’arrêt des livraisons d’ARENH à cette société. » explique le ministère. D’autre part, « La valeur de l’ARENH non livrée en 2021 sera répercutée financièrement a posteriori aux clients concernés via leur fournisseur de secours transitoire. »