droit de veto des maires contre les eoliennes

Le 15 juillet dernier, la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) publiait ses recommandations relatives au montant des charges de service public de l’énergie. Le régulateur y préconisait de réévaluer à la hausse le budget alloué aux énergies renouvelables.

Selon la CRE, chargée d’évaluer chaque année les charges de service public de l’énergie en vertu de l’article L 121-9 du code de l’énergie, l’augmentation sera conséquente en 2021.

En cause ? La crise sanitaire et la baisse consécutive des prix sur les marchés de gros. En effet, les énergies éolienne et photovoltaïques ont continué à produire pendant le confinement alors que la demande s’effondrait.

« Cette hausse résulte très majoritairement de la baisse importante des prix de marché par rapport aux prix de marché attendus lors de l’évaluation de la prévision (- 18,5 €/MWh) en raison notamment de l’état d’urgence sanitaire. » (Délibération de la CRE – 15 juillet 2020)

Selon le gendarme de l’énergie, le montant a en effet été évalué à 9,735 milliards d’euros pour 2021, soit 1,2 milliard de plus que le budget initialement prévu pour 2020. Un montant qui servira principalement à soutenir les énergies renouvelables électriques. Pour la CRE, 5,8 milliards d’euros devraient en effet servir à financer les aides aux énergies renouvelables électriques en 2020, contre un budget initial de 4,7 milliards.