hausse trv engie novembre

Après une forte baisse du fait de l’épidémie de Covid-19, la demande en gaz devrait repartir. Selon l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE) la consommation de gaz naturel pourrait augmenter de 3,6% en 2021.

Une hausse de la demande mondiale de gaz de 3,6%

La pandémie aura mis un coup de frein à la consommation de gaz naturel. En effet, en France, par exemple, d’après GRTGaz, la consommation a baissé de 7% entre 2019 et 2020. Au niveau international, elle a diminué de 1,9%.

Selon le Rapport sur le marché du gaz 2021 de l’AIE, la demande mondiale de gaz devrait partir à la hausse de 3,6%. La consommation de gaz pourrait atteindre 4 069 milliards de mètres cubes en 2021.

« La croissance en 2021 reflète principalement la reprise économique après la crise du Covid-19 » fait savoir l’AIE.

Une demande moins soutenue dans les années à venir

L’augmentation de la consommation de gaz devrait s’essouffler dans les années à venir. « Un fort rebond en 2021 après la chute de l’an dernier devrait porter la demande au-dessus des niveaux pré-Covid, après quoi les hausses seront plus modérées jusqu’en 2024 », explique l’AIE. Sur la période 2022-2024, les augmentations moyennes annuelles devraient être de 1,7 %.

Le gaz est fortement utilisé dans la production d’électricité. Il représentait 24 % du mix électrique mondial en 2016. Il sert aux industries, entreprises, mais aussi aux particuliers pour le chauffage et la production d’eau chaude.

Cela étant, les consommateurs professionnels et particuliers devraient pouvoir se tourner vers des alternatives moins polluantes comme le biométhane. Pourquoi ? Pour atteindre la neutralité carbone, la part des énergies fossiles doit baisser. Le gaz étant un hydrocarbure, il est polluant et sa combustion émet du CO2. Selon l’Ademe, 1 kWh d’électricité produit avec du gaz émet 418 grammes de CO2.

Ces hausses de consommation auront-elles des conséquences sur la facture de gaz ?

Probablement. Une hausse de la demande entraîne généralement une augmentation des prix. C’est d’ailleurs déjà le cas depuis quelques mois. L’augmentation du tarif réglementé de vente (TRV) du gaz d’Engie en est une parfaite illustration.

Une envolée des TRV du gaz

Depuis le début de l’année 2021, le TRV du gaz a grimpé de manière importante. Il a évolué selon les modalités suivantes :

  • + 0,2% en janvier 2021 ;
  • + 3,5% en février 2021 ;
  • + 5,7% en mars 2021  ;
  • – 4,1% en avril 2021 ;
  • + 1,1% en mai 2021 ;
  • +4,4% en juin 2021  ;
  • +9,96% en juillet 2021.

Marché du carbone : un impact sur la facture de gaz des industries

Énergies interchangeables, le charbon et le gaz sont en concurrence pour la production d’électricité via les unités de pointe. Or, quand le prix de la tonne de carbone grimpe, les producteurs d’électricité auront tendance à se tourner vers le gaz, moins émetteur de CO2. Cependant, pour lutter contre le réchauffement climatique, le prix du carbone est de plus en plus cher. Alors qu’il coûtait 25,5 €, le prix de la tonne de carbone est passé à plus de 50 euros en 2021.

Cela impacte donc les industries soumises au Système Communautaire d’Échange de Quotas d’Émissions de l’Union Européenne (SEQE). Et cette hausse devrait continuer ! Le prix du carbone « pourrait passer la barre des 100 euros en 2030 » selon les Échos.