quel fournisseur de gaz pour une collectivité

Quel fournisseur de gaz pour une collectivité ?

Le marché français du gaz traverse de grandes évolutions : après les différentes réglementations en faveur de l’ouverture à la libre concurrence, l’arrivée des différents fournisseurs d’énergie, la multiplication des offres de gaz finit de complexifier le secteur gazier. Mais, au-delà de la complexité, cette mutation du marché du gaz est une réelle opportunité de faire des économies pour les consommateurs, dont les collectivités se sont rapidement saisies.

Les offres à prix de marché, 1er choix des collectivités

Désormais, les acheteurs publics doivent mettre en concurrence la fourniture d’énergie, gaz comme électricité. Un changement de taille quand on sait que la grande majorité des bâtiments publics étaient alimentés aux tarifs réglementés de vente (TRV). Depuis le 1er janvier 2016, tous les sites dont la consommation annuelle de référence (CAR) est supérieure à à 30000 kWh ont dû passer en offre de marché pour leur fourniture de gaz naturel : mais il apparait que de nombreuses collectivités avaient fait la bascule bien avant.

Dans son Observatoire des prix de marché de la fourniture d’électricité et de gaz naturel pour les collectivités locales daté de septembre 2016, l’AMORCE rapportait ainsi que 63% des collectivités sondées étaient déjà en offre de marché depuis 2 ans ou moins, et que seules 10% d’entre elles avaient attendu 2016 pour lancer leurs marchés de fourniture de gaz.

Il faut dire que les fournisseurs alternatifs ont pu depuis longtemps proposer des offres plus avantageuses que les Tarifs Réglementés de Vente de gaz.

 

Offre de gaz à prix indexé ou à prix fixe : que vaut-il mieux pour une collectivité ?

Quelle structure tarifaire, fixe ou indexée, est à conseiller aux collectivités locales ?

La question est importante puisque seule la part fourniture d’énergie est de la responsabilité du fournisseur et donc peut être mise en concurrence. Cette part fourniture d’énergie vient couvrir les coûts de l’approvisionnement de la molécule (qui sont directement liés à l’évolution des marchés de gros) et les coûts commerciaux et de gestion du service commercial du fournisseur (facturation, frais de gestion, marge etc.).

Lors de la mise en concurrence, il est important de comparer toutes les offres sur des bases communes. Pour ce faire, on conseille de demander une transparence complète sur les éléments qui composent ces offres et de bien distinguer les coûts de transports et de distribution des coûts liés à la molécule et son approvisionnement.

Dans une offre de marché à prix indexé, la part fourniture est composée de deux éléments : prix de la molécule à un mois T de l’indice de référence choisi + prix fixe qui permet de couvrir les frais du fournisseur. Il existe différents indices de référence : indices pétrole, indice Fioul, indice PEG Nord ou PEG Sud, indice de parité euro-dollar. En France, l’indice de référence est le plus souvent l’indice PEG Nord.

Dans une offre de marché à prix fixe, la part fourniture est composée de plusieurs éléments : prix de la molécule propre à la stratégie d’approvisionnement de chaque fournisseur et à ses frais de commercialisation

Les prix fixes sont appréciés pour la sécurité et la visibilité qu’ils apportent. Ils ont en effet l’avantage de simplifier la gestion (pas besoin de vérifier l’indexation) tout en sécurisant le budget. L’évolution financière sera uniquement dépendante de la rigueur climatique et du niveau de consommation d’énergie. Il est à noter qu’il s’agit, la plupart du temps, de prix fixe hors évolutions des coûts d’acheminement et taxes et contributions !

Les prix indexés sont plutôt souscrits par les consommateurs en attente de flexibilité. Ces prix présentent l’avantage de « coller » au plus près des évolutions du marché du gaz, permettant de profiter des périodes où les prix de marchés sont bas.

Pour quelle durée une collectivité doit-elle s’engager auprès d’un fournisseur de gaz ?

Une collectivité aura aussi le choix dans les durées du contrat : 1, 2, 3 voire 4 ans. Une durée courte permet de davantage « coller » à la réalité du marché du gaz.  Revers de la médaille : il lui sera nécessaire de mener de nouvelles consultations à chaque date d’échéance !

A contrario, une durée longue demande moins de remise en question régulière.

Combien de temps une collectivité a-t-elle pour se décider entre deux offres de gaz ?

Il est fortement recommandé de préparer sa consultation en amont, de faire un état des lieux de ses besoins et attentes suffisamment longtemps avant la date d’échéance, en prenant en compte les contraintes de l’achat public.

Pour avoir de meilleurs prix, il est important de prévoir dans la consultation des offres de validité courte. Plus la durée entre la proposition faite par le fournisseur et la signature par la collectivité s’allonge, plus le marché risque de partir à la hausse. Pour prévenir ce risque, le fournisseur intègre une couverture financière à son offre gaz qui est proportionnelle aux délais de validation. Au contraire, plus courte sera la durée de validité, plus attractif sera le prix pour une collectivité !