quel fournisseur d'électricité pour une collectivité ?
fournisseur électricité pro offre électricité collectivité locale  les + contact
Alterna
  • Prix fixe garanti jusqu’à 4 ans
« Meilleure enseigne 2018 » selon Capital 0800 71 12 34
EDF
  • Tarif Bleu, option heures creuses
  • Prix fixe
  • Prix indexé ARENH
Possibilité contrat électricité provisoire 3022
Electricité de Provence
  •  – 10% sur le prix du kWh HT + électricité verte
Responsable grands comptes attitré  04 98 51 00 31
Enercoop
  • Prix fixe + électricité 100 % verte et coopérative
Tarifs inchangés depuis sa création en 2005 01 75 44 41 56
Energem
  • Prix fixe jusqu’à 3 ans
  • Prix indexé jusqu’à 3 ans

 

Services d’optimisation inclus 09 69 39 02 39
Engie
  • Maîtriz’Elec Energie Fixe : prix fixe pour site à puissance ≤ 250 kW
  • Market’Fixe : prix fixés par années consécutives ou prix lissés pour site à puissance ≥ 250 kW
  • Easy Lis : prix fixe + transport et services de gestion inclus pour site à puissance ≥ 250 kW
  • Market Nome : prix mix marché/ARENH

 

 

Accès à SAM-e, e-plateforme d’achats énergie 01 85 63 58 75
Eni
  • Prix fixe du kWh jusqu’ à 3 ans
  • Prix combiné fixe/indexé
  • Prix 100 % indexé marché
  • Prix 100 % indexé TRV
Prestations d’audit éclairage 3294
GEG
  • Prix fixe jusqu’à 3 ans.
  • Des offres à prix indexé sur le Tarif Réglementé ≤ 36 kVA – tarif fixé par les pouvoirs publics.
Services de conseils éclairages publics 04 76 84 88 00
Total Direct Energie
  • Prix fixe jusqu’à 36 mois
  • Prix indexé TRV
  • Prix Market Access
 

E-plateforme de gestion consommation

01 73 26 96 48

Combien coûte l’électricité pour les collectivités ?

Rien qu’en termes d’éclairage public, l’électricité est un enjeu financier des plus conséquents pour une collectivité, quelle que soit sa taille. Selon l’AFE (Association française de l’éclairage), la consommation globale de l’éclairage public en France est de 5,6 TWh. Celle de l’éclairage intérieur toute collectivité confondue est de 7 TWh.

L’AFE note encore que « Les dépenses de l’éclairage urbain s’élèvent globalement à près de 2 milliards d’euros par an dont : 1 milliard d’euros consacré à la maintenance, 400 à 500 millions d’euros investis dans le renouvellement du parc et plus de 450 millions d’euros imputables à la consommation d’énergie. Pour les collectivités, l’éclairage public, malgré une baisse de la consommation de 6 % depuis les sept dernières années, c’est : 16 % de la consommation énergétique totale des communes, 17 % de leurs dépenses d’énergie et 41 % de leur facture électrique »

Il est donc important d’optimiser des achats d’électricité.

Aujourd’hui, en France, dans le marché de vente de l’énergie, coexistent deux types d’offres en matière d’électricité : des offres aux tarifs réglementés de vente, tarifs fixés par l’Etat, et uniquement distribuées par les opérateurs historiques (EDF et les Entreprises locales de distribution) ; et des offres de marché. Attention cependant, les collectivités ne pourront prétendre souscrire une offre d’électricité aux TRV que pour leurs sites présentant une puissance de compteur inférieure à 36 kVA.

Rappelons que, dans l’Hexagone, selon l’article L. 111-1 du code de l’énergie, “Les secteurs de l’électricité et du gaz distinguent, notamment, quatre activités obéissant à des règles d’organisation et soumises à des obligations différentes. Les activités d’exploitation des réseaux publics de transport et de distribution d’électricité ainsi que d’exploitation des réseaux de transport et des réseaux publics de distribution de gaz naturel sont régulées conformément aux dispositions du présent livre. Les activités de production et de vente aux consommateurs finals ou de fourniture s’exercent au sein de marchés concurrentiels sous réserve des obligations de service public énoncées au présent livre et des dispositions des livres III et IV.”

Autrement dit, seules les activités de production et de commercialisation de l’électricité sont soumises à concurrence ; les activités de transport et de distribution sont, quant à elles, soumises à un monopole. 

C’est quoi le prix de l’électricité pour une collectivité ?

Le prix de l’électricité se décompose en trois parties principales :

Tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité ou TURPE. Son montant est fixé par décision ministérielle sur proposition de la CRE. Ce tarif est indépendant du fournisseur mais dépend de la catégorie de client.

+

Prix de la fourniture (électron) :

Dans le cas des tarifs réglementés de vente, le tarif couvre les coûts de production et les coûts commerciaux de l’opérateur historique. Le prix de la fourniture s’obtient par différence entre le tarif réglementé et la somme du tarif d’utilisation de réseaux.

Dans le cas d’une offre de marché, le prix est fixé librement par le fournisseur. Selon son profil de consommation, la collectivité peut souscrire un contrat unique : il réglera donc tous les éléments de la facture à son fournisseur d’électricité. La collectivité peut aussi souscrire deux contrats, l’un pour la fourniture auprès d’un fournisseur, l’autre pour l’acheminement auprès du gestionnaire de réseaux.

+

Les Taxes

Évidemment, il faut aussi penser que le prix de l’électricité est impacté par des taxes qui ne sont pas à sous-estimer. Elles représentent souvent plus de 25 % de la facture finale.

Le saviez-vous ? La part fourniture représente environ entre 35 et 50% du prix final payé selon les consommateurs d’électricité. Tous les autres postes de coûts étant imposés aux fournisseurs, il s’agit alors de la seule part de la facture réellement en concurrence dans un appel d’offres.

 

Quels éléments une collectivité doit prendre en compte pour choisir son fournisseur d’énergie ?

 

Avant toute chose, il faut penser à bien cerner ses besoins. Concrètement, les collectivités doivent définir avec précision le nombre de sites concernés par le contrat d’électricité ainsi qu’un prévisionnel quant au volume de consommation. Afin que les fournisseurs soient en mesure de proposer une offre adaptée aux besoins d’une collectivité, cette dernière devra donc relever plusieurs informations : identification et adresse du point de livraison, données techniques de consommation, puissance souscrite, option tarifaire s’il y a, télés relevées des points de livraison ou non, historique à J- 1 an de ses consommations (relevés mensuels + courbes de charges)… Autant d’éléments nécessaires pour que les fournisseurs élaborent une offre ad hoc.

Globalement, la formation des offres de marché proposées par les fournisseurs dépend de nombreux facteurs :

  • La qualité et l’attractivité du cahier des charges proposé par la collectivité
  • La date de remise des prix des fournisseurs, qui reflète le marché à un moment précis
  • La typologie des sites : le profil de consommation, la tension de raccordement, la consommation annuelle
  • Le volume total du marché passé
  • Les spécificités requises par la collectivité (ex : demande d’énergie renouvelable.)
  • Le réseau de distribution concerné

 

Attention : Qu’elle soit fixe ou indexée, une offre en prix de marché ne permet jamais de s’affranchir des évolutions, régulièrement à la hausse, des taxes. Les fournisseurs n’en font pas forcément mention de manière claire et lisible : renseignez-vous !

 

Quelles sont les tendances en matière d’offres de marché électricité pour les collectivités ?

Parce que les collectivités présentent une très forte diversité de typologies de sites de consommation, il n’est pas évident de dresser un panorama précis et exhaustif. Néanmoins, quelques tendances émergent : les offres « éclairage public » sont en moyenne les moins coûteuses. La raison ? Il s’agit d’un profil de consommation plat et prévisible, surtout la nui où l’électricité est moins chère.

 

Zoom sur : Selon l’AMORCE (Association de collectivités, gestion des déchets, réseaux de chaleurs, gestion locale de l’énergie), 90% des collectivités ont adopté́ une facturation mensuelle.