discours crise énergie elisabeth borne

Elisabeth Borne a pris la parole pour annoncer de nouvelles mesures pour faire face à la crise énergétique. Seules la sobriété et la solidarité, au niveau national comme au niveau européen, permettront de passer un hiver sans coupure.

La sobriété choisie en fil rouge

La Première ministre rappelle ainsi qu’il faut réussir à baisser de 10 % notre consommation par rapport à l’an dernier. Il ne s’agit pas de produire moins, mais bien que chacun prenne ses responsabilités : « une sobriété choisie, plutôt que des coupures subies » résume Elisabeth Borne.

La France compte également sur la solidarité européenne. Nouvelle porte d’entrée gazière de l’Europe, via ses terminaux méthaniers, la France livrera du gaz à ses voisins s’ils en ont besoin qui, en échange, pourront lui exporter de l’électricité.

Plafonner les prix du gaz et de l’électricité au niveau européen

La Première ministre a également fait le point sur l’explosion des prix de l’énergie et sur la manière de stopper cette envolée. Les prix du gaz pour 2023 sont en effet 5 fois supérieurs à ceux de 2021. Pour l’électricité, les prix ont été décuplés !

Les premiers leviers à activer sont européens. Il s’agit de rassurer les marchés et lutter contre la spéculation. Comme annoncé par Bruxelles ce matin, des mesures seront prises à l’encontre des super profits des énergéticiens.

Elisabeth Borne annonce aussi travailler étroitement avec la Commission européenne pour mettre en place un plafonnement des prix de l’électricité. Elle déclare également qu’un plafonnement des prix du gaz est à l’étude, une mesure que n’a pas encore confirmée Bruxelles.

Enfin, la Première ministre explique vouloir l’adoption d’un plafonnement spécifique du prix du gaz utilisé pour produire de l’électricité au niveau européen.

Le bouclier tarifaire sera reconduit sur 2023

Au niveau national, les pouvoirs publics vont encore accélérer le développement des EnR. Ils suivront également scrupuleusement le planning de redémarrage des réacteurs nucléaires. Le gouvernement compte encore sur la construction rapide des nouveaux EPR, annoncés par Emmanuel Macron. La Première ministre fait aussi un appel aux fournisseurs d’énergie : ils doivent accompagner au mieux leurs clients et proposer les meilleures offres possibles.

Une hausse des factures d’énergie bloquée à + 15 %

Le bouclier tarifaire sera prolongé en 2023. Il concernera les ménages, mais aussi les copropriétés, les petites entreprises et les petites communes. Néanmoins, les consommateurs pré cités doivent s’attendre à une hausse de 15 % de leur facture d’énergie en janvier. Cependant, le bouclier tarifaire évite une envolée de + 120 % ! Aucun rattrapage ne sera fait ultérieurement pour ce dispositif dont le coût pour l’Etat s’élèvera à 16 mds d’euros.

Par ailleurs, des chèques énergie exceptionnels seront distribués, d’un montant de 100 ou 200 euros, selon les revenus. 12 millions de foyers sont concernés.

Les aides aux entreprises seront maintenues et simplifiées

Pour les acteurs économiques non couverts par le bouclier tarifaire, d’autres aides sont proposées.

Bruno Le Maire rappelle que les 1,5 million de PME au chiffre d’affaires inférieur à 1 million d’euros et qui emploient moins de 15 salariés «continueront à bénéficier de l’accès aux tarifs réglementés» de l’énergie.

Pour les PME plus importantes, l’aide qui peut atteindre aujourd’hui 2 millions d’euros sera étendue, à compter du 1er octobre, à toutes celles dont les factures énergétiques représentent au moins 3% de leur chiffre d’affaires et qui ont vu leur bénéfice baisser au cours d’un mois.

D’autre part, l’aide aux entreprises énergo-intensives, qui peut aller jusqu’à 50 millions d’euros, doit être revue «de fond en comble», selon Bruno Le Maire, avant de préciser être en discussion sur le sujet avec la Commission européenne.

Il espère des résultats avant la fin de l’année.  «Tant que les prix de l’énergie resteront élevés, le guichet pour les entreprises restera ouvert, y compris au-delà du 31 décembre 2022» affirme Bruno Le Maire.

Il insiste encore sur le fait qu’aucun bouclier énergétique ne sera mis en place pour les entreprises, afin de ne pas alimenter l’inflation.