hausse prix carenage edf

EDF a annoncé une révision à la hausse du coût de son Grand Carénage, ce vaste chantier industriel qui recouvre un grand nombre d’opérations lourdes sur le parc nucléaire français.

Chiffré en 2015 à 55 milliards d’euros, il a vu son coût baisser de 10 milliards d’euros en 2018 pour « tomber » à 45 milliards d’euros, soit 48,2 milliards d’euros courants. Mais cette réévaluation à la baisse semble trop juste puisqu’EDF déclare aujourd’hui réajuster le coût du programme à 49,4 milliards d’euros courants, soit +2,5 % d’augmentation.

Des enjeux d’envergure qui ont un prix

Programme lancé en 2014, le Grand Carénage vise à améliorer la sûreté et à poursuivre le fonctionnement des réacteurs du parc nucléaire au-delà de 40 ans.

Dans les grandes lignes, il englobe tout ce qui concerne la mise à niveau de la totalité du parc de réacteurs de 900 MW à l’âge de 40 ans et leur prolongement de 10 ans, mais il comprend également tout ce qui a trait à la maintenance habituelle du parc ainsi que les mesures post-Fukushima demandées par l’autorité de sûreté nucléaire française.

Cette dernière s’était d’ailleurs inquiétée, dans son rapport annuel présenté en mai dernier, de la sur-sollicitation des équipes d’ingénierie d’EDF : « En 2019, EDF a réalisé la première quatrième visite décennale d’un de ses réacteurs, sur le site du Tricastin. EDF a mobilisé des moyens importants et cette visite décennale s’est déroulée de manière plutôt satisfaisante. L’ASN s’interroge sur la capacité d’EDF à mobiliser de tels moyens à l’avenir pour les autres réacteurs, en particulier quand plusieurs quatrièmes visites décennales auront lieu en parallèle » avait pointé l’ASN.

« Cette nouvelle estimation intègre essentiellement les premiers enseignements sur les travaux à mener, induits par le processus d’instruction du quatrième réexamen périodique des réacteurs 900 MW, actuellement en cours. Il s’agit d’études, de modifications et d’équipements supplémentaires non prévus initialement et visant à améliorer le niveau de sûreté. Elle intègre également la révision de la durée prévisionnelle de réalisation des arrêts programmés pour maintenance (visites décennales et visites partielles), tirant le retour d’expérience des années précédentes, ainsi que les impacts de la crise sanitaire sur la période 2020-2022. » explique l’Electricien. « À ce jour, le programme Grand Carénage est bien avancé. 24 visites décennales ont été réalisées sur les réacteurs 900 MW, 1300 MW et 1450 MW. 52 diesels d’ultime secours ont été mis en exploitation sur 56. » note-t-il encore.