Ce vendredi 9 septembre, les ministres européens de l’énergie ont tenu une réunion d’urgence destinée à fixer un nouveau train de mesures dans le cadre de la crise énergétique. La commissaire européenne à l’Énergie, Kadri Simson, a ainsi présenté les 4 axes de travail auxquels se consacreront les ministres :

  • Plafonner les bénéfices des producteurs d’énergie fossiles et d’énergies renouvelables

Les bénéfices permettront de financer les dispositifs de soutien aux ménages, entreprises et industries. Un point d’attention : le plafonnement des EnR ne devra pas remettre en cause l’incitation à investir dans les énergies vertes. Plus d’informations seront données d’ici fin septembre.

  • Adopter des mesures temporaires d’urgence pour pallier la hausse record des prix

Ces mesures européennes viendront s’ajouter aux mesures prises à l’échelle nationale. Kadri Simson a cependant régulièrement souligné que tout était encore en cours d’étude et de discussion. Le plafonnement du prix du gaz russe pourrait faire partie de ces mesures. Certains ministres ont aussi évoqué le plafonnement du gaz de toute origine, GNL compris. Interrogée à plusieurs reprises sur le sujet, Kadri Simson est restée volontairement vague. Elle a simplement expliqué que les réunions techniques entre les Etats membres allaient s’intensifier et qu’elle espérait pouvoir donner davantage de détails dans le courant de la semaine prochaine.

  • Réduire de manière coordonnée la demande d’électricité en heures de pointe

Des objectifs européens seront fixés. La Commission européenne compte sur la coopération de chaque Etat et ne souhaite les rendre contraignants qu’en ultime recours. Plusieurs médias ont relayé un objectif de 5 % de réduction sur la consommation européenne en heures de pointe : Kadri Simson n’a pas confirmé ce chiffre, sans pour autant en avancer d’autres.

  • Faciliter l’obtention de liquidités pour les fournisseurs d’énergie

La Commission va réfléchir à changer le cadre temporaire des aides d’Etats. Kadri Simson n’a cependant pas pu présenter de calendrier.

Changer l’architecture du marché de l’électricité fait également partie des réflexions menées. Des ajustements doivent être apportés, y compris pour mieux prendre en compte les énergies renouvelables a ainsi annoncé la commissaire européenne à l’Énergie. Elle espère présenter un projet législatif début 2023.