La CRE analyse l’augmentation de la concurrence sur les marchés de l’énergie suite à la suppression des TRV

Comme l’indique la CRE dans son rapport sur le fonctionnement des marchés, la suppression des TRV pour une partie des clients professionnels a dynamisé les marchés du gaz naturel et de l’électricité. Retour sur quelques constats à garder en tête à l’heure où les lignes bougent et où la concurrence s’intensifie.

Un marché du gaz et de l’électricité de plus en plus concurrentiel

Suite à l’ouverture à la concurrence, les offres de marché se sont multipliées sur le segment non résidentiel des professionnels permettant aux cibles concernées de choisir le fournisseur le plus compétitif ou le plus adapté.

Ainsi, sur la première année qui a suivi la suppression des TRV d’électricité pour les moyens et grands sites non résidentiels, 572 000 sites avaient basculé en offres de marché. Au 31 décembre 2016, ces dernières représentaient 31 % des sites non résidentiels et 87 % de la consommation. Les petits professionnels ont cependant continué de préférer les TRV, même s’ils s’intéressent de plus en plus aux offres alternatives. En gaz naturel, les TRV ne concernent plus que les sites consommant moins de 30 MWh par an et les copropriétés consommant moins de 150 MWh par an, et ce depuis le 1er janvier 2016. Une année après ces évolutions, ces tarifs ne représentaient plus que 12 % des sites, et moins de 1 % des volumes sur le segment non résidentiel.

Les consommateurs d’énergie ont privilégié les offres à prix fixes

Dans le cadre de la fin des TRV, les consommateurs professionnels ont privilégié des offres à prix fixe, en électricité comme en gaz, sur des durées allant de un an à trois ans. A noter que ces choix se sont opérés dans un contexte de prix relativement bas. Voilà pour le cadre général car les offres souscrites dépendent également des fournisseurs, du type d’énergie et de la typologie des consommateurs professionnels.

Les offres à prix fixe ont séduit les PME-PMI, les petits consommateurs tertiaires et les copropriétés de par la visibilité qu’elles offrent sur la partie fourniture. Les plus grands clients ont souvent opté pour des durées plus courtes et des prix indexés notamment en gaz naturel, voire des systèmes plus élaborés par clics afin de lisser la volatilité des marchés. Le nombre important d’arrivées à échéance de contrat, en 2017 en gaz naturel et en 2018 pour l’électricité, devrait fournir de nouvelles indications sur les types d’offres vers lesquelles se dirigent aujourd’hui en priorité les consommateurs.

Les différents effets des TRV sur les marchés de l’énergie

Comme le souligne le rapport de la CRE qui a interrogé des fournisseurs et des associations de consommateurs, la suppression des TRV a eu plusieurs conséquences. En premier lieu, sur les charges d’énergie des entreprises, professionnels, acheteurs publics et copropriétés qui utilisent le jeu de la concurrence lors du renouvellement de leurs contrats pour faire des économies, comme le soulignent différentes associations.

C’est aussi la connaissance globale des clients qui a progressé à mesure de l’intérêt croissant qu’ils ont porté à leurs achats d’énergie et aux optimisations possibles.

Comparer les fournisseurs et être capable de choisir la bonne offre d’énergie impliquent en effet de mieux maîtriser le fonctionnement des marchés, les subtilités tarifaires, les différentes taxes et clauses juridiques. Parallèlement, les différents fournisseurs ont continué de dynamiser leurs pratiques commerciales pour proposer des offres compétitives et innovantes, et ont renforcé l’information délivrée afin de communiquer sur leur valeur ajoutée. C’est pour accompagner cette transformation que de nouvelles initiatives ont vu le jour, comme le courtage en énergie pratiqué depuis plus de 3 ans par Opéra Energie. Un métier d’autant plus pertinent que le marché a largement évolué depuis ce bilan de la Cre, suite à la multiplication des fournisseurs, et à l’acquisition récente de Direct Energie par Total qui devrait rebattre certaines cartes …

La CRE elle-même dans son rapport, parle des courtiers en énergie pour accompagner les professionnels à trouver la meilleure offre de fourniture :  » Pour les entreprises maîtrisant moins le fonctionnement des marchés, des courtiers en énergie sont présents pour les accompagner dans leur choix de fourniture. Les principaux clients sont les PME/PMI, pour des consommations maximales de quelques GWh, et ayant bénéficier essentiellement de tarifs jaunes. Leur travail consiste à analyser les données de consommation des clients et à leur proposer des offres de gaz ou d’électricité. Leur particularité est qu’ils sont rémunérés, non par le client, mais par le fournisseur directement. Les CCI possèdent une liste de courtiers vérifiés qu’elles communiquent aux entreprises leur en faisant la demande. »

Source : CRE Rapport 2016-2017 : Le fonctionnement des marchés de détail français de gaz naturel et d’électricité