COP 24 taxe carbone

La COP 24 se termine mais le rulebook qu’elle doit fournir est loin d’être finalisé, de nombreux points étant encore soumis à discussion.
Pour autant, plusieurs pays ont su s’accorder sur une déclaration commune autour de la taxe carbone.
Les signataires, dont la France, « reconnaissent que, dans le but d’atteindre les objectifs de long terme de l’accord de Paris, de meilleures mesures doivent être prises pour renforcer le signal envoyé par le prix du carbone, afin d’améliorer dans l’ensemble son ambition, sa couverture et sa prévisibilité. »
Danemark, France, Finlande, Irlande, Italie, Portugal, Suède, Royaume-Uni et Pays-Bas soulignent ainsi l’importance d’un « signal-prix robuste», levier nécessaire de la décarbonation.
Sa mise en application sera néanmoins du ressort de la souveraineté des états : une volonté de flexibilité qui s’inscrit pleinement dans la problématique d’une « transition écologique juste », en creux derrière chaque débat.
Les dernières événements dans l’Hexagone donnent raison à cette approche prudente, la hausse de la taxe carbone ayant été reportée de 6 mois.

Prudence est bien souvent mère de sûreté : reste qu’il semble important de donner une ligne directrice, des règles claires, des échéances précises. Dans le cas contraire, les questions clés évoquées par Antonio Guterres risquent de demeurer sans réponse…