La maitrise des pointes de consommation électrique est une problématique récurrente que la pénurie de gaz en Europe a remise en lumière. Julien Teddé, Directeur général d’Opéra Energie, nous rappelle quels outils sont mis en place pour gérer ces périodes de pointe et, par conséquent, éviter un black-out électrique.

Black-out électrique : quels dispositifs pour garantir l’équilibre du réseau ?

 

A ce jour, le plus important black-out s’est passé en 2012, en Inde, avec 670 millions d’usagers touchés concomitamment. Mais l’Europe a aussi traversé une situation similaire, en 2006, lorsque 10 millions d’Européens ont été privés d’électricité, dont 5 millions de Français.

Depuis, l’Europe en général et la France en particulier ont pris leurs dispositions pour répondre à de subites et fortes demandes d’électricité. Plusieurs leviers peuvent être activés : augmentation de la production (via la mise en route de centrales thermiques par exemple), importation d’électricité, effacement industriel. Parfois, ces dispositifs classiques ne suffisent pas. La France a alors recours à des outils dits « post marché ».

Ces leviers post marché sont activés par RTE. Ils sont prévus par la loi française et sont progressifs :

1° L’appel aux éco-gestes ;

2° La baisse de la consommation des grands industriels ou interruptibilité ;

3° Une baisse de tension sur les réseaux de distribution ;

4° L’organisation de coupures ciblées, qui se déroule de manière organisée, administrée et contrôlée.

Les prévisions de RTE fortement attendues

La situation actuelle accroit le risque de déséquilibre offre/demande sur les réseaux et pèse sur la sécurité énergétique. Les prévisions de production du parc nucléaire pour l’année sont historiquement faibles, tout comme celles de l’hydraulique. Or, il s’agit des deux sources majeures de production d’électricité du pays. A cela s’ajoute une crise gazière sans précédent, qui contribue à tirer les prix de l’énergie vers des sommets. Cette crise fait aussi craindre que la France ne puisse pas importer autant d’électricité qu’elle le souhaiterait pour passer les périodes de pointe de consommation.

RTE, le gestionnaire des réseaux d’électricité de France, doit livrer prochainement ses prévisions pour cette fin d’année 2022 et le début 2023. Des prévisions d’autant plus attendues que RTE avertissait déjà de possibles tensions pour l’hiver 2022/2023… en 2019 !