CNR

Le projet devait aboutir à une première mondiale. Finalement, il a pris l’eau. La CNR et ses partenaires du projet, la CMN (constructions mécaniques de Normandie) et la PME grenobloise HydroQuest, ont informé la presse, via un communiqué de presse commun, qu’ils renonçaient à installer une ferme pilote de 30 hydroliennes dans les gorges du Rhône, à l’aval du barrage de Génissiat (Ain). Cette ferme expérimentale devait produire 6.700 mégawatts d’électricité soit l’équivalent de la consommation de 2.700 foyers français. Représentant un investissement de 12 millions d’euros, et financée à hauteur de 50% par l’ADEME, on annonçait sa mise en service courant 2019. Mais HydroQuest, CMN et CNR n’ont pu dépasser certaines contraintes, même après deux années d’études techniques poussées et de tests de modélisation hydraulique fine du parc d’hydroliennes. Ces contraintes sont principalement liées à la localisation, un secteur très encaissé du Haut-Rhône, situé entre les aménagements CNR de Génissiat et de Seyssel. « Il a été mis en évidence que les contraintes de sites induisent un productible insuffisant et des pertes d’exploitation trop importantes à l’usine hydroélectrique de Génissiat » a souligné HydroQuest.