Lors d’une conférence téléphonique avec les analystes de Barclays, Xavier Girre, directeur financier de EDF, a voulu rassurer sur les nombreuses incertitudes et conséquences sur le groupe dans le contexte de crise du Covid-19.

Concernant le sujet particulièrement controversé de l’ARENH (le tarif d’accès régulé à l’énergie nucléaire historique), il a annoncé que « les discussions politiques entre la France et l’Europe devraient bien aboutir à une augmentation du coût réglementé de l’énergie nucléaire. » Le groupe précise que cette hausse des prix est essentielle car il doit vendre une partie de sa production à la concurrence à des prix parfois inférieurs à celui du marché.

EDF a par ailleurs été clair sur l’impact du Covid-19 (-247 millions d’euros sur l’Ebitda) et a surtout mis en avant la résistance des énergies renouvelables à la pandémie. Un sujet important pour EDF qui annonce des investissements massifs dans le secteur pour accroître leur part dans le mix énergétique.

Enfin le groupe assure qu’il n’y a pas d’augmentation de capital prévue pour l’instant. Dans le même temps, EDF a confirmé la révision à la baisse sa prévision de production nucléaire pour 2020, 2021 et 2022 et l’abandon de l’ensemble des objectifs financiers pour 2020 et 2021.